François Hollande dit-il vrai sur les taux d'intérêt ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que l'UMP François Baroin estime que la perte du triple A de la France chez Moody's modifie automatiquement les taux d'intérêts, le chef de l'Etat estime, lui, qu'ils n'ont pas bougé hier. Vrai ou faux ? Réponse ici.

Faux

Les taux d'intérêt ont bougé hier, n'en déplaise à François Hollande. Le taux des obligations d'Etat à 10 ans est passé de 2,07 à 2,10 %. C'est peu, mais ça a bougé.  
En revanche, François Hollande dit vrai sur l'écart entre les taux français et allemand. Il est resté le même car les taux allemands ont progressé dans la même proportion que les taux français hier.

Dédramatisation  

Le pouvoir en place a-t-il tendance à relativiser l'impact de la dégradation d'une agence de notation ? Le vendredi 13 janvier, quand Standard and Poor's a déclassé la France, François Baroin, ministre de l'Economie, déclarait : "Ce n'est naturellement pas une catastrophe. C'est comme si vous demandiez à un élève qui a eu 20/20 pendant très longtemps et qui passe à 19/20 si c'est une catastrophe ? Non [...] Ce ne sont pas les agences de notation qui font la politique de la France".  
Trois jours après, Nicolas Sarkozy ne disait pas autre chose : "En France, ce ne sont pas les agences de notation qui doivent définir les politiques économiques".

Taux français en baisse

Le 13 janvier, les obligations d'Etat étaient à 3,03%. Après le coup de semonce de Standard and Poor's, elles ont augmenté jusqu'au 25 janvier, à 3,24%. Ensuite, les taux n'ont pas arrêté de baisser jusqu'à atteindre un plancher à 2,05% il y a quelques semaines.
Les taux français restent très faibles car les investisseurs n'ont guère le choix s'ils veulent sécuriser leurs placements en ce moment. L'horizon économique est tellement bouché qu'un pays comme la France, même avec ses problèmes, leur apparait comme bien plus sûr que plein d'autres. En Europe, seuls les Allemands apparaissent comme encore plus sûrs.

Enfin, même si l'exemple est à relativiser car les deux pays sont très différents, il n'est pas interdit de jeter un œil de l'autre coté de l'Atlantique sur cette question du lien entre notation et taux d'intérêts. Aux Etats Unis, les taux à 10 ans étaient à 2,34% le 8 aout 2011 quand l'Amérique a perdu son triple A chez Standard and Poor's. Aujourd'hui, ils sont à 1,62%.

Vous êtes à nouveau en ligne