VRAI OU FAKE Est-ce que la parité au sein du gouvernement est respectée ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La ministre du Travail et la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes vont un peu vite en affirmant que leur gouvernement est strictement paritaire et que c'est une première.

Le candidat Macron l'avait promis pendant la campagne présidentielle : son gouvernement sera paritaire. Elu président de la République, Emmanuel Macron a fait de l'égalité entre les femmes et les hommes une "grande cause nationale" de son quinquennat. A écouter la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, mercredi 4 septembre sur France 2, le contrat est rempli : "On a très exactement autant de femmes que d'hommes au gouvernement." Pour la ministre du Travail Muriel Pénicaud, dimanche sur BFM TV, le constat est identique : "Nous avons le premier gouvernement paritaire". La parité est-elle bien respectée au sein du gouvernement, depuis le dernier remaniement ?

Non, si on parle de parité au sens strict

D'un point de vue strictement comptable, l'actuelle équipe gouvernementale compte onze ministres hommes pour neuf femmes (Premier ministre et ministres délégués inclus). En ce qui concerne les secrétaires d'Etat, il y a un léger avantage aux femmes. Elles sont neuf pour huit hommes. Il faut également ajouter à ce décompte Jean-Paul Delevoye, qui vient d'entrer au gouvernement avec la casquette de haut-commissaire. Si on fait le total, il y a donc 20 hommes pour 18 femmes. La parité stricte n'est donc pas atteinte.

Non, si on se concentre sur les postes "importants"

Au-delà des chiffres, on peut également juger de l'égalité entre les femmes et les hommes en regardant les postes les plus "importants" au sein du gouvernement. Et notamment les ministères régaliens (Défense, Intérieur, Justice, Affaires étrangères, Economie). Là encore, la balance penche plutôt du côté des hommes. On compte par exemple trois hommes pour deux femmes à la tête des ministères régaliens : Florence Parly à la Défense et Nicole Belloubet à la Justice.

Par ailleurs, si les femmes sont plus nombreuses au sein des secrétariats d'Etat... ce n'est pas vraiment un signe d'égalité. Contrairement aux ministres, les secrétaires d'Etat ne siègent pas à tous les Conseil des ministres (sauf Marc Fesneau, chargé des relations avec le Parlement, et la porte-parole Sibeth NDiaye). Par ailleurs, les secrétaires d'Etat touchent tous les mois environ 500 euros brut de moins que les ministres.

Oui, il y a du mieux, même si cela ne date pas d'Emmanuel Macron

Contrairement à ce qu'affirme Muriel Pénicaud, toujours dimanche sur BFM TV, cette tendance est plus ancienne que l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Comme le notait le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes dans un document publié en 2014, cette "presque-parité" remonte au premier gouvernement du quinquennat de François Hollande en 2012. A cette époque, la première équipe de Jean-Marc Ayrault était composée à 48,6% de femmes. Depuis, les gouvernements sont quasiment paritaire en apparence, mais avec toujours cet avantage donné aux hommes sur les plus gros portefeuilles ministériels.

Si la parité n'est pas encore totalement acquise au sein du gouvernement d'Edouard Philippe, il faut noter que beaucoup d'efforts ont été réalisés ces dernières années sur ce sujet. Après la démission de François de Rugy en juillet dernier, il y a même eu plus de femmes que d'hommes au sein du gouvernement : 18 femmes et 17 hommes au gouvernement, en comptant le Premier ministre... jusqu'à la nomination de Jean-Paul Delevoye et du secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Djebarri le 3 septembre dernier.

Vous êtes à nouveau en ligne