Armée : la France peut projeter 15.000 hommes contre 100.000 en 1991 ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La porte-parole du Parti de gauche Raquel Garrido l'affirme : "Aujourd'hui, la France en coalition est capable de mettre au pot commun 15.000 hommes et 30 avions. En 1991, on était capable de mettre 100.000 hommes et 70 avions". C'est faux.

Faux

Une précision d'abord : Raquel Garrido parle des "Opérations majeures de coercition", c'est-à-dire des "Opération en coalition, sur un théâtre d’engagement unique, dans un contexte de combats de haute intensité ; durée limitée, avec préavis suffisant (évalué aujourd’hui à environ 6 mois) et réarticulation de notre dispositif dans les opérations en cours",  comme l'explique ce rapport de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

En l'occurrence, la loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit la possibilté d'envoyer environ 15.000 hommes et jusqu'à 45 avions de chasse. La porte-parole du Parti de gauche a donc raison sur le nombre d'hommes mais minore le nombre d'avions potentiellement engagés dans ce genre d'opération. 

50.000 hommes dans les années 90

Raquel Garrido exagère largement sur les chiffres des capacités mobilisables dans les années 90. Le Livre blanc sur la Défense de 1994 explique que lors des opérations de coercition, l'armée devrait être capable d'envoyer une centaine d'avions de chasse et environ 50.000 hommes. Soit deux fois moins de soldats que ce qu'affirme la dirigeante du Parti de gauche. 

Reste que les moyens sont effectivement en baisse constante depuis les années 90. Sans remettre en cause cette réalité, deux éléments permettent de relativiser cette diminution. D'abord,il y a 20 ans, la France pouvait encore miser sur son armée d'appelés. Elle avait donc potentiellement plus de militaires à disposition. Ensuite, si l'on prend la seule année 1991, la France est engagée dans la première guerre du Golfe, via l'opération Daguet. Or au total, 15.000 hommes et une grosse vingtaine d'avions de chasses avaient été déployés. 

Vous êtes à nouveau en ligne