Un Australien admet avoir inventé l'histoire de "Phuc Dat Bich"

Celui qui dénonçait une discrimination de Facebook à cause de son nom a reconnu que son histoire était "une blague qui a terminé en farce pour flouer les médias".

C'est une histoire relayée des milliers de fois ces derniers jours et raportée par des dizaines de médias à travers le monde. En substance : dans un message posté en janvier dernier, un Australien d'origine vietnamienne a dénoncé une censure de Facebook parce que le réseau social refuse de l'autoriser à créer un compte. Le poblème ? Son nom : Phuc Dat Bich, dont la prononciation en anglais peut donner "fuck that bitch" [nique cette salope].

Sauf que... 

Dans un nouveau message posté ce mercredi à l'intention de ses 45.000 abonnés sur Facebook, "Phuc Dat Bich" explique que toute cette histoire est une invention. "Ce qui a commencé comme une plaisanterie entre amis est devenu une farce pour flouer les médias ". Celui qui signe désormais "Joe Carr", qui peut se lire "joker", se réjouit par ailleurs que cette invention "n'ait pas fait resortir la colère et l'obscurantisme qui nous voyons souvent sur Internet mais de la légèreté et de l'humanité dans une période qui en manque ".

(La dernière publication de Phuc Dat Bich © Capture d'écran Facebook)

 

Vous êtes à nouveau en ligne