Non, le prix du kilo de tomates n'a pas explosé avec l'euro

C'est un grand classique sur les réseaux sociaux : des tableaux montrent l'explosion des prix sur certains produits depuis le passage à l'euro. Sauf que la plupart des chiffres présentés sont faux.

 "Et si on repassait en franc juste pour rigoler... " Voilà le titre d'une de ces images qui sont massivement partagées sur les réseaux sociaux. On y voit un tableau avec une liste de produits et l'évolution de leur prix en francs entre 2002 et aujourd'hui. L'idée, c'est de conforter le discours sur une "explosion" des prix après le passage à l'euro. 

(©)

Sauf que lorsqu'on regarde bien les prix affichés... les chiffres sont largement exagérés.

2.000 % d'augmentation pour un kilo de tomates ? Non.

Prenons par exemple le kilo de tomates. Le tableau nous dit qu'il est passé de 70 centimes de francs en 2002 à 16,40 francs l'an dernier... soit une augmentation de plus de 2.000%. 

C'est faux. D'après l'Insee, le prix moyen de vente au détail d'un kilo de tomates était de 2,80 euros en 2014, ce qui fait 18,37 francs, soit un prix l'égèrement supérieur au tableau. Par contre, en 2002, le prix du kilo était de 2,70 euros, donc 17,71 francs. Ce qui correspond à une augmentation de 3,7%.

Une exagération que l'on retrouve également sur les autres produits présents dans la liste. C'est notamment le cas du prix de la tasse de café, largement sous-estimé pour l'année 2002. Les calculs en francs pour les années qui suivent le passage à l'euro sont réalisés par le convertisseur franc-euro de l'Insee, qui prend en compte "l'érosion monétaire due à l'inflation".

 

{% embed infogram evolution_prix_tasse_de_cafe" style="color:#acacac;text-decoration:none;"> Evolution prix tasse de café | Create infographics %} Mais au-delà de ces deux exemples, peut-on dire que les prix ont explosé avec le passage à l'euro ? C'est une idée partagée par beaucoup de consommateurs. "Pourtant l'indice des prix à la consommation n'a pas augmenté significativement au début 2002 et dans les mois suivants, quand billets et pièces en euros ont remplacé billets et pièces en francs " explique l'Insee, qui précise que l'une "des raisons de ce décalage est que la grande distribution a anticipé le passage à l'euro en augmentant ses prix quelques mois avant ce passage ".

Vous êtes à nouveau en ligne