Le sens de l'info. Le nombre 13

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le philosophe Michel Serres et Michel Polacco parlent du 13, et Michel Serres avoue sa fascination pour les nombres, et en particulier les nombres premiers et les nombres impairs.

Le sens des nombres ou du destin humain

Michel Serres raconte deux histoires, pour démontrer que "les nombres sont plus profondément ancrés dans notre esprit, dans notre système nerveux que les mots eux-mêmes..."

"Les nombres sont fascinants, extraordinaires, et peuvent fasciner les enfants. Les pairs sont plus féminins que les impairs ,13 est un nombre premier, il n'est divisible que par lui-même. Les nombres premiers me fascinent, précise Michel Serres. A mesure qu'on avance, il y a de moins en moins de nombres premiers et on ne connait pas encore la loi de cette distribution. On ne connait pas de culture sans nombres, par la suite ces nombres extrardinaires ont engendré une fascination imaginaire, mythique."

Les nombres premiers, extrait du chapitre 1 : à l’aube de l’arithmétique

"…. en ce qui concerne un concept plus élaboré, comme celui de nombre premier, il existe un curieux exemple : les espèces de cigales dénommées Magicicada septendecim et M. tredecim. Les noms spéciaux septendecim et tredecim signifient, respectivement, 17 et 13, et font référence aux cycles vitaux des deux cigales. Les deux sont des nombres premiers et les zoologues ont élaboré différentes théories qui expliquent le choix d’un nombre premier d’années pour le cycle de vie de ces insectes.

Prenons comme exemple Magicicada septendecim. Cette cigale vit sous terre à l’état de nymphe et s’alimente de sève en suçant les racines des arbres. Elle passe 17 ans dans cet état et remonte ensuite à la surface pour se transformer en insecte adulte, étape qui dure seulement quelques jours, durant lesquels elle se reproduit puis meurt. La théorie qui explique un tel comportement est la suivante : parmi les ennemis de la cigale adulte existe un parasite dont le cycle de vie est de deux ans. Si le cycle de vie de la cigale était un multiple de 2, les deux espèces finiraient par coïncider tous les 2, 4, 8... ans. La même chose arriverait avec les autres multiples quelconques. Mais si le cycle de vie était un nombre premier d’années assez grand, comme 17 dans notre cas, alors le parasite et la cigale ne pourraient coïncider que tous les 34 ans, puisque 34 est le premier multiple de 17. Dans le cas hypothétique où le cycle de vie du parasite serait de 16 ans, la probabilité de se rencontrer aurait lieu tous les 16 × 17 = 272 ans.

La recherche des nombres premiers a toujours constitué un sujet épineux. L’une des premières méthodes connues est attribuée à Ératosthène de Cyrène (273-194 av. J.-C.), mathématicien, astronome et géographe grec, qui fut directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie."

 http://images.math.cnrs.fr/Les-nombres-premiers.html

http://cedricvillani.org/biography/

https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-25-mai-2016

Vous êtes à nouveau en ligne