Le rendez-vous du Particulier. Réforme des retraites : ce qui va changer pour les générations nées après 1975

La réforme des retraites, ce que le projet de loi du gouvernement va changer pour la retraite des Français, ce système universel par points qui est débattu en ce moment. Le mensuel "Le Particulier" du mois de mars consacre un dossier sur cette réforme en cours et ses conséquences.

Nathalie Cheysson-Kaplan signe ce dossier sur la réforme des retraites dans Le Particulier du mois de mars, le mensuel patrimonial du groupe Figaro.

franceinfo : On rappelle en un mot le principe de cette réforme. Pour ceux qui sont concernés il faudra travailler plus longtemps, on y sera incité avec ce fameux "âge pivot"  

Nathalie Cheysson-Kaplan : C’est la pierre angulaire de cette réforme. L’âge de la retraite resterait fixé à 62 ans mais si vous partez à cet âge, vous aurez systématiquement une décote, alors qu’aujourd’hui il est possible y échapper dès lors que l’on a la durée d’assurance requise correspondant à sa génération.

Dans le futur régime, cette notion de durée d’assurance disparaît au profit d’une condition d’âge. Ce n’est qu’à partir de ce nouvel âge pivot que votre pension sera versée en intégralité. Il pourrait être fixé à 65 ans pour la génération née en 1975. Si vous partez avant, on vous appliquera une décote. Si vous partez après, vous aurez le droit à une surcote.

Vous avez fait vos comptes : à peu près 30% de la population active ne devrait pas être concernée par le nouveau système. Alors qui va l'être ? C'est d'abord une question d'âge ?  

La réforme ne concernera que les générations nées après le 1er janvier 1975, c’est-à-dire ceux qui auront moins de 50 ans en 2025 ; ils commenceront à cotiser dans le nouveau régime à partir du 1er janvier 2025. Leur retraite sera calculée selon les règles actuelles pour la partie de leur carrière accomplie avant 2025, et selon les règles du nouveau système pour le reste de leur carrière. Les assurés nés à partir de 2004 seront les premiers à cotiser et à acquérir tous leurs droits dans le nouveau système.

Et donc, pour que ce soir très clair, ceux qui ne seront pas concernés par la réforme ?

Ce sont les assurés qui sont à moins de 17 ans de la retraite, c’est-à-dire qui sont nés avant 1975. Ils ne sont pas concernés par le nouveau système mais pourraient être touchés par les mesures économiques qui doivent être prises par les partenaires sociaux d’ici fin avril 2020.  

Idem pour les fonctionnaires et agents des régimes spéciaux nés avant 1980 qui peuvent aujourd’hui partir à la retraite à partir de 57 ans, ainsi que ceux nés avant 1985 qui peuvent aujourd’hui partir en retraite à partir de 52 ans, ils ne seront pas concernés par le nouveau régime non plus. Enfin, précision importante : ceux qui sont déjà retraités sont bien sûr en dehors de la réforme.

La question que tout le monde se pose et qui inquiète beaucoup de Français : les retraites vont-elles baisser ?  

Ce n’est pas l’objectif affiché par le gouvernement. Pourtant, avec un rendement de 5,5% inférieur à celui des régimes actuels, le rapport coût/prestation se détériore, et il paraît évident que le pouvoir d’achat des retraités va diminuer. C’est mathématique.

C'est le mode de calcul dans le système par points qui va garantir d'après le gouvernement le montant des pensions. Quel est ce calcul ?  

Chaque année, grâce à vos cotisations, vous allez acheter des points de retraite. Votre retraite sera égale au nombre de points acquis durant votre carrière, multiplié par la valeur de service du point. Cette valeur de service ne pourra pas baisser. Mais en revanche, le projet ne garantit pas que le rapport entre la valeur de service du point et son prix d’achat sera constant. Bref, le risque est que le prix d’achat du point augmente plus vite que la valeur de service et que le rendement se dégrade au fil du temps.

Un sujet dont on a peu parlé dans le cadre de la réforme  : les pensions de réversion en cas de mort de l’assuré. Il y aura du changement ?  

Oui, le mode de calcul des pensions de réversion et ses conditions d’attribution vont être harmonisés. Il n’y aura pas de condition de ressources mais une condition de mariage de 2 ans, si le couple n’avait pas d’enfant. En outre, le survivant ne pourra la percevoir qu’à partir de 55 ans. S’il est plus jeune au décès de son conjoint, il devra attendre pour la toucher.

Enfin, le montant de la pension de réversion dépendra du montant de la retraite du survivant, puisque la somme de sa retraite et de la pension de réversion ne devra pas dépasser 70% des pensions du couple. Mais là encore, pas de panique. Ces changements ne concernent pas les retraités actuel, ni les conjoints de ceux dont la retraite sera calculée avec les règles du système actuel.    

Vous êtes à nouveau en ligne