Le rendez-vous du particulier. L'électricité verte : pas si verte !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Choisissez une électricité 100 % verte" : voilà les slogans des fournisseurs d’électricité que vous trouverez sur internet, mais il y a souvent un astérisque et pour cause, l’électricité verte ne le serait pas tant que ça ! 

Pascal Frasnetti, pour le mensuel Le Particulier, a enquêté sur cette électricité verte qui, en fait, est majoritairement issue... du nucléaire ! 

On le sait, la production française d’électricité est issue en majorité du nucléaire, à hauteur de 72 %. Le solde vient des autres énergies : fossiles comme le charbon ou gaz, à hauteur de 7 % et puis les énergies renouvelables, d’origine hydraulique, éolien, solaire ou issues de la biomasse, pour 21 %.

Un marché dépendant de l'atome

On peut donc s’étonner de voir fleurir des offres d’électricité verte alors que le marché français est encore si dépendant de l’atome. Selon notre décompte, 26 fournisseurs proposent aujourd’hui une électricité verte. Alors, ce qu’on sait moins, c’est qu’en achetant une offre d’électricité verte, vous n’achetez pas spécialement une énergie d’origine renouvelable. Les fournisseurs peuvent acheter l’électricité où ils le souhaitent, donc ils peuvent s’approvisionner en nucléaire. Et il existe ensuite une astuce pour "verdir" l’offre : les fournisseurs doivent acheter auprès d’un producteur d’énergie renouvelable un document, qu’on appelle un certificat de garantie d’origine : l’émetteur de cette garantie s’engage alors à injecter dans le réseau une quantité d’énergie verte. Cette quantité est équivalente à la consommation annuelle d’électricité des clients du fournisseur concerné.

Il donc bien difficile donc de savoir d’où vient l’électricité qui permet d’allumer votre lampe de chevet ? Impossible même ! L’électricité ne se stocke pas comme le gaz par exemple, et tous les points d’injection, c’est-à-dire tous les producteurs, se retrouvent dans le même tuyau, pour prendre une image. Et aujourd’hui ce tuyau est branché au niveau européen.

Difficile aussi de savoir d’où provient cette électricité verte :  les fournisseurs peuvent acheter leurs certificats de garantie d’origine partout en Europe, même jusqu’en Islande ! Il s’agit très souvent de producteurs renouvelables situés en Scandinavie, notamment en Norvège, où l’hydroélectricité représente 95 % de la production électrique nationale. Et pour vous donner une idée, le prix de la garantie d’origine revient alors dix fois moins cher que si vous achetez cette garantie auprès d’un producteur français.

Est-ce qu’au moins ce que j’achète en électricité verte, contribue à la transition énergétique ? 

Alors tout dépend de l’offre à laquelle vous avez souscrit. Le tableau n’est pas tout noir. Certains fournisseurs proposant des offres vertes achètent l’électricité à des producteurs français de renouvelable, essentiellement d’origine hydraulique. En septembre dernier, l’association Greenpeace a publié un palmarès pour identifier les offres vraiment vertes.

Selon Greenpeace, il existe 3 fournisseurs "vraiment verts", qui achètent à la fois de la production renouvelable et des garanties d’origine à des producteurs français. Résultat, bien entendu, leurs offres sont plus chères mais dans ce cas, 29 % de votre facture va dans la poche du producteur d’énergie renouvelable, selon l’agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (l’Ademe), donc dans ce cas, pour répondre à votre question, vous financez bien la transition énergétique !

Et pour les offres vertes les moins vertueuses, ce chiffre tombe à seulement 1,1 % !

Sur ma facture d’électricité, est-ce que je peux voir tout cela ?

Pour l’instant, il faut bien le dire, c’est compliqué. Bien entendu, le "greenwashing", qui permet de rendre verte une offre d’électricité classique est un procédé tout à fait légal. Le problème en effet, c’est l’information des clients. Tout ça n’est pas très transparent. Pour l’instant votre facture doit mentionner l’origine des différentes sources d’énergie utilisées, une obligation qui figure dans le code de l’Energie… En revanche, pour connaître l’origine des garanties d’origine, c’est plus compliqué. Il faut entrer le numéro d’identification de la garantie, qui doit figurer sur votre facture, sur le site Powernext, l’organisme chargé de la tenue du registre des garanties d’origine. Alors l’Ademe souhaite améliorer la transparence de ces offres en créant un label afin d’éclairer le consommateur sur la provenance de l’énergie. De même le médiateur national de l’Energie a demandé aux fournisseurs de l’indiquer sur le comparateur officiel des tarifs, energie-info.fr mais pour l’instant les fournisseurs ne jouent pas tous le jeu…    

L’électricité verte, pas vraiment écolo : un dossier à retrouver dans le mensuel Le Particulier et sur franceinfo.fr  

Vous êtes à nouveau en ligne