Le rendez-vous du particulier. Créer son entreprise grâce aux nouvelles technologies

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

 700 000 entreprises ont été créées en 2018, soit 100 000 de plus qu’en 2017 !  De nouvelles solutions et facilités existent aujourd'hui pour créer son entreprise. 

Sur les 700 000 créations d’entreprises en 2018, 70% correspondent à des micro-entreprises ou à des indépendants. Alors, bien sûr, vous pouvez consulter un avocat ou un expert-comptable pour créer votre entreprise ; il vous en coûtera environ 1 000 euros. Aurélien Ferron a enquêté pour le mensuel Le Particulier.

france info : Aujourd’hui il y a de nouvelles solutions, beaucoup moins chères et très rapides

Aurélien Ferron :  Oui absolument. Quand on n’a jamais créé son entreprise, on se fait tout un monde des démarches à effectuer. Il faut rédiger des statuts, s’immatriculer auprès de divers organismes, et en réalité, ce n’est pas si compliqué que ça. Et effectivement, de nombreuses plateformes comme Legalstart, LegalVision, Captain Contrat proposent d’accompagner les créateurs d’entreprise.

Souvent, c’est assez simple : on remplit un questionnaire par internet, on répond à diverses questions sur l’identité des associés, sur le siège social de son entreprise. Sachant qu’on peut contacter des juristes par téléphone pour se faire aider. Et la plateforme s’occupe du reste pour quelques centaines d’euros, vous communique des statuts pré-remplis et s’occupe de l’administratif. Alors évidemment, ces démarches ne sont valables que pour les cas simples de création d’entreprise.

Si on souhaite réaliser des démarches plus compliquées, donc ça peut être la rédaction d’une clause de non-concurrence quand on embauche quelqu’un, ça peut être un contrat d’apport d’affaires, une cession de fonds de commerce, il faut être plus fin. Et dans ces cas-là, les plateformes spécialisées mettent l’internaute en rapport avec un avocat ou un expert-comptable qui pourra lui venir en aide.

Ces start-up vous proposent aussi d’ouvrir un compte professionnel, avec une gestion plus souple et plus rapide qu’une banque ?

Absolument, le grand public connaît aujourd’hui les banques en ligne qui permettent d’ouvrir un compte facilement et à distance, et bien il existe la même chose pour les professionnels, sachant que certains acteurs s’adressent plutôt aux indépendants, je pense à Boursorama ou N26, alors que d’autres sont mieux adaptées pour les PME comme Manager One, Qonto ou Shine.

On peut y ouvrir des comptes très rapidement, contrairement à ce qu’on peut imaginer, il est très simple de contacter le service client, pas en physique, mais par téléphone, mail, chat, Et en plus c’est très peu cher si on compare avec les offres bancaires traditionnelles pour les pros.  Et il y a souvent toute une série de services vraiment adaptés aux professionnels.

On peut avoir si on le souhaite un terminal de paiement, pour encaisser par carte bancaire, on peut depuis le site ou l’application calculer ses taxes et cotisations, on peut émettre des factures, relancer des clients en retard de paiement, on peut gérer les notes de frais de ses collaborateurs.

Quels sont les inconvénients par rapport à une banque classique ?

Un inconvénient majeur est que ces structures n’ont pas toutes le statut de banque, et ne proposent pas de crédit, ce qui peut gêner bon nombre de PME. Elles ne proposent pas toutes de découvert autorisé, pas toujours des chéquiers, on ne peut pas toujours encaisser de chèques ou des espèces. Pour toutes ces raisons, ces nouvelles banques ne sont donc pas encore adaptées à tous les profils d’entreprises ou de professionnels.

Autre service proposé par ces startup, celui d’un expert-comptable en ligne ?

Oui, c’est plus ancien, cela fait déjà plusieurs années que ce genre de structures existent, avec ce même principe de dématérialisation. Il n’y a plus de papier, on fait tout à distance, on peut par exemple photographier avec son smartphone ses notes de frais, ses factures, on les glisse dans l’application, et on accède ainsi à un tableau de bord mis à jour en temps réel.

On peut avoir accès à des outils de facturation, on reçoit des alertes dès qu’il y a une échéance administrative. Sachant que ces structures comme Clementine, Dougs, ECL Direct, sont de vrais cabinets d’expertise comptable. Et en fait, ils envisagent cette dématérialisation comme un gain de temps très important à la fois pour le cabinet et pour le client, ce qui permet à la fois de proposer leurs services peu chers, les tarifs démarrent à 50 - 80 euros par mois, tout en dégageant du temps pour que l’expert-comptable joue son rôle très important de conseil pour le chef d’entreprise.

Donc ce sont des services très attractifs pour les professionnels, sachant que ça existe dans plein d’autres domaines. Il existe des acteurs qui permettent de gérer à distance la mise en place et la gestion de la mutuelle de son entreprise, c’est Alan, on peut gérer son épargne salariale avec Yomoni, ses tickets restaurants avec Lunchr, la paie avec Payfit. Tout ça pour simplifier la vie des entrepreneurs.

Un dossier signé Aurélien Ferron et Pauline Janicot à retrouver dans le mensuel Le Particulier.

Vous êtes à nouveau en ligne