Secret de l'instruction et devoir d'informer

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le secret de l'instruction est au cœur des derniers développements de l'affaire Karachi. Il est prévu par le code de procédure pénale. Mais les journalistes ont aussi le devoir d'informer. Comment travailler dans ces conditions? Invité pour en parler Erik Kervellec, le chef du service police, justice, enquête de France Info

Le secret de l'instruction est inscrit dans l'article 11 du code de procédure pénale: la procédure est secrète “sauf dans le cas où la loi en dispose autrement.” L'ancien ministre de l'intérieur Brice Hortefeux est ainsi entendu ce matin comme témoin par la police dans une enquête où
il est soupçonné d'avoir eu frauduleusement connaissance d'une
pièce du dossier judiciaire de l'affaire Karachi.
Dans le même temps des pages de transcriptions d'auditions sont publiées très souvent par les médias.

Comment informer malgré le secret de l'instruction. Une “très bonne question” pour Erik Kervellec, le chef du service police, justice, enquête de France Info: “Cela dépend de notre posture de journaliste. Notre but c'est d'informer au mieux. Ce n'est pas le même intérêt que les politiques. ”.

Vous êtes à nouveau en ligne