L’écoute "militante" des auditeurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’actualité sociale et, principalement, les blocages, les grèves qui se succèdent, la pénurie d’essence suscitent beaucoup de réactions des auditeurs. Avec des reproches sur le traitement de l’information.

Les auditeurs accusent souvent les journalistes de manque d'objectivité ; or, ce sont eux qui ont une intolérance particulière aux sujets qui ne les confortent pas dans leurs opinions.

Quand l'auditeur écoute la radio, il n'est pas neutre ; le journaliste non plus n'est pas neutre mais il est honnête (il explique et contextualise) et il est surtout "surveillé" par le CSA.

Intolérance de la part des auditeurs ?

Aux États-Unis par exemple, les radios ou les télévisions sont affiliées à des courants politiques, mais en Europe, c'est moins le cas, grâce au service public tenu au pluralisme

En France, le service public de l’audiovisuel est totalement indépendant des pouvoirs économiques et politiques : nous donnons la parole à tous les courants d’opinion.

Une porte ouverte aux extrémismes ?

C'est le danger. C'est le reflet de la fragmentation des citoyens et de l'opinion dont la diffusion se fait également via les réseaux sociaux et leurs communautés.

De la responsabilité des journalistes et des politiques

Le journaliste est un citoyen comme les autres, mais il ne peut pas y avoir de démocratie sans information et ce sont les journalistes qui la font  : une information vérifiée, sourcée, honnête.

Vous êtes à nouveau en ligne