Le rendez-vous du médiateur. L’influence des réseaux russes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La situation catastrophique en Syrie suscite un certain nombre de réactions d’auditeurs, mais pas forcément dans le sens attendu. Pour en parler Marc Crépin, l’envoyé spécial permanent de France Info à Moscou.

Manque d’objectivité des journalistes ?

Réactions d’auditeurs – assez semblables – lorsqu’on évoque à l’antenne la politique extérieure russe. C’est le cas en ce moment avec les attaques russes contre les rebelles syriens et, notamment, la ville martyr d’Alep. La plupart des messages sont dans la même veine que celui d’Auguste : "Vous ne faites pas d’information concernant Alep, mais de la reprise mot pour mot de la propagande de la coalition occidentale, c’est-à-dire américaine". Ou David : "Je dénonce votre manque d’objectivité concernant les actions de la Russie".
Ces messages, selon Marc Crépin, ont la même source, la  même origine ; ils sont orientés et proviennent d’officines russes ou financées par la Russie.

Propagande pro-russe

Beaucoup de réactions du même genre lorsque la Russie avait annexé la Crimée. Des officines ont été créées avec du personnel réparti par secteur linguistique pour intervenir sur Internet  pour le compte du Kremlin. Marc Crépin relate l’histoire de ce jeune Russe recruté par les services de propagande pour inonder les réseaux sociaux de tweets vantant les mérites du régime de Vladimir Poutine.

Plusieurs livres récents ont montré que les services russes de propagande tentent de rallier pas seulement d’ex-communistes, mais surtout les extrêmes français, de droite ou de gauche.

Pour aller plus loin

Vous êtes à nouveau en ligne