Le rendez-vous du médiateur. L’audience radio : intérêt, fiabilité, prospective ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jeudi 20 avril était un jour très attendu par toutes les radios. Le jour où sont révélées par Médiamétrie les audiences du premier trimestre

Depuis jeudi 20 avril avec les résultats d'audience de Médiamétrie, franceinfo sait qu'elle reste la 4e radio la plus écoutée avec plus de 4 500 000 auditeurs chaque jour. Mais pourquoi cette excitation tous les trimestres ? À quoi sert ce baromètre ?  Pour y répondre, Emmanuelle Henry, directrice des études de Radio France.

Pourquoi est-il si important de connaître l’audience ?

Lors des précédents résultats d’audiences, en janvier, Guillaume, un auditeur se demandait : "Pourquoi nous donnez-vous régulièrement votre audimat, comme si c’était une victoire ? Quelle importance cela peut-il bien avoir ?".

Juste une précision : l’audimat c’est la télévision, en radio on parle de la "126 000" (126 000 interviews par an). C’est surtout utile pour les radios privées, tout leur modèle économique repose sur ces audiences. Le service public est moins dépendant des recettes publicitaires, mais c’est très important tout de même, puisqu’une des missions de Radio France est de proposer des programmes de qualité au plus grand nombre. Pour les journalistes et producteurs, il est très important de connaître ces audiences.

Concernant franceinfo, qu’apprend-on de particulier ?

franceinfo c’est plus de 4 500 000 auditeurs chaque jour. Chaque auditeur a écouté la chaîne en moyenne 1 heure par jour, grâce à cela, franceinfo se positionne en quatrième position. C'est la 4e radio la plus écoutée.

En sait-on plus sur l’auditeur type de franceinfo ?

Ce sont beaucoup d’auditeurs "actifs", beaucoup de personnes en activité professionnelle qui se lèvent tôt le matin et pour franceinfo le pic d’écoute est à 7h du matin, ce qui explique le succès de la matinale. L’auditeur de la chaîne a en moyenne 54 ans (plus jeune que la moyenne des radios généralistes qui comptent plus de retraités) et il y a 60% d’hommes et 40% de femmes. Ce n’est pas une radio de niche. Elle est proche de la population française.

Comment sont réalisées les études d’audience et sont-elles fiables ?

C’est très différent de l’audimat qui concerne la télévision. En radio, on parle de la "126 000" (126 000 personnes par année sont appelées par Médiamétrie dont 500 par jour à qui on demande : quelle radio avez-vous écoutée quart d’heure par quart d’heure, durant les 24 dernières heures. Au fil des résultats, Médiamétrie dessine une évolution de l’écoute radio.

L’auditeur de franceinfo change-t-il ses habitudes ?

Il y a une stabilité sur l’écoute du matin et l’écoute en voiture. Mais Internet bouscule tout. Les audiences des sites et applications sont en très forte progression : 20 millions de personnes vont chaque mois sur le site ou l’application. Franceinfo est ainsi la deuxième marque d’actualité sur le numérique. Il y a également les nouveaux modes d’écoute, avec notamment les enceintes connectées (par exemple Google home). 10% de l’écoute radio se fait sur d’autres supports numériques (smartphone par exemple).

Vous êtes à nouveau en ligne