Le rendez-vous du médiateur. Éducation aux médias et fausses informations

Comment expliquer cette défiance à l’égard d’informations vérifiées et cette attirance de certains pour les informations fausses ou manipulées ?

"Le registre émotionnel a pris le pas aujourd'hui sur les informations vérifiées, amplifié par la circulation d'informations sur les réseaux sociaux ; il s'agit de l'ère de la post-vérité. Depuis son élection, Donald Trump a largement contribué à cette situation qui remet en cause les informations vérifiées et diffusées par les médias."

"Exemple autour de la défiance vis-à-vis des vaccins, défiance qui a toujours existé (à laquelle a été confronté le médiateur). En réalité en France, il n'y a que 5% de la population opposée à la vaccination, mais les  "anti" ont une survisibilité sur Internet. Les informations qui remontent dans les moteurs de recherche ne sont pas forcément les informations les plus fiables ; c'est pour cela qu'il faut une réelle éducation aux algorithmes, à leur complexité et à leurs résultats."

Le démenti moins percutant que la calomnie

"Des spécialistes disent que les émissions qui démontent les fausses informations avec des preuves irréfutables – comme le Vrai du Fake sur franceinfo – ne parviennent pas vraiment à convaincre. Ceux qui, par exemple, ont vu sur Twitter qu’Anne Hidalgo avait été arrêtée à 120 km/h sur le périphérique parisien, resteront persuadés qu’on leur cache la vérité, même quand on leur dit que c’était un poisson d’avril  du journal Le Parisien il y a deux ans."

"La déconstruction du mensonge prend plus de temps que la propagation de la rumeur. Il  faut éduquer aux médias: vérifier la source, former les citoyens à la crédibilité d'une information, créer du lien entre les médias et l'école. La Semaine de la presse et des médias dans l'école en est un bon exemple."

L'attirance pour les fausses informations

"Selon le sociologue Gérald Bronner, à travers "le biais de confirmation", on a une tendance naturelle à vouloir confirmer les idées dans lesquelles on croit, on va chercher une information qui confirme nos convictions. Les réseaux sociaux ont tendance à nous enfermer dans une bulle de confort intellectuel où, dans notre flux d'actualité, les informations confirment nos idées. Les médias traditionnels vont au contraire donner une information, large, plurielle, vérifiée."

plus