Le rendez-vous de la médiatrice. Le traitement des sujets du baccalauréat sur l'antenne de franceinfo

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

De nombreuses questions d'auditeurs sur le traitement des sujets du baccalauréat ont été posées à la médiatrice des antennes de Radio France.

Le bac et les sujets philo des différentes sections du baccalauréat, leur traitement sur franceinfo ont suscité de nombreuses questions de la part des auditeurs. Emmanuelle Daviet reçoit Alexis Morel, journaliste, spécialiste éducation à franceinfo.

"Je trouve choquant que les sujets des séries générales nous soient communiqués et que pour les séries  professionnelles nous n’ayons que l’horaire de l'épreuve. Quel intérêt ?"
"Aucun des sujets des séries professionnels n'est mentionné . Je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a du mépris alors que c’est aussi la radio qui peut changer les mentalités."

franceinfo : Que répondez-vous à ces critiques des auditeurs ?

Alexis Morel : C'est une question récurrente sur la visibilité des filières professionnelles et du bac pro. J'entends cette remarque. A l'antenne, nous avons bien mentionné l'horaire du bac philo mais également celui du bac français pour les filières professionnelles. Mais il est vrai que le premier jour, on accorde plus d'importance au bac philo car c'est une filière un peu unique au monde, ce sont toujours des sujets qui font réagir les auditeurs. Mais il est vrai qu'il faut encore que l'on travaille à la visibilité des filières professionnelles au sein de la rédaction de franceinfo, filières qui souffrent à tort d'une image peu valorisante et les médias y sont forcément pour quelque chose.

Des internautes ont lancé une pétition adressée au ministère de l’Education nationale  pour dénoncer le sujet de français des S et ES jugé difficile,
Le sujet en histoire des terminales L et ES fait également polémique.

Pourquoi les journaliste n’en parlent pas alors que cela concerne de nombreux élèves ?

On en a parlé au cours d'une chronique qui relayait les protestations de certains candidats sur les réseaux sociaux. Ce sont deux problématiques différentes : pour le bac de français, il s'agissait d'un poème d'Andrée Chedid qui a fait polémique, pas forcément connue par tous les élèves. Les élèves ne seront pas pénalisés pour cela. Les pétitions à propos du bac sont régulières à chaque session du bac. A propos du bac histoire-géographie et le sujet sur le Moyen-Orient, les professeurs contactés ont tous dit que le sujet était au programme.

"Aujourd'hui c'est le bac. Je viens d'entendre une prof qui n'a pas répondu à sa convocation et à qui vous demandez sur un ton empathique pourquoi elle agit ainsi, mais je n'ai pas entendu de parents d'élève dont l'enfant passe le bac exprimer son angoisse ou sa colère ! Bref, votre information est orientée et en aucun cas objective." souligne un autre auditeur.

Que répondez-vous à cet auditeur sur cette question de la parole donnée aux uns et pas aux autres sur l'antenne ?

Alexis Morel : Sur franceinfo on a diffusé un sujet trois jours avant le bac, "paroles de prof grévistes". Mais j'ai également donné la parole aux familles et aux élèves (recueil de la parole devant un lycée). Sur franceinfo nous avons également interrogé des fédérations de parents d'élèves et nous avons aussi invité en plateau une enseignante qui a refusé de faire la grève de la surveillance. L'équilibre des opinions autour de cette grève a été respecté. 

Vous êtes à nouveau en ligne