Le rendez-vous de la médiatrice. franceinfo plus proche de ses auditeurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Radio France s'inscrit dans le cadre du grand débat national en allant à la rencontre de ses publics. Le 14 février prochain franceinfo est à Toulouse. Rencontres organisées dans le cadre du projet porté par Radio France : "Radio France proche de vous". 

Radio France part à la rencontre de ses auditeurs et internautes. Radio France proche de vous permet l'installation d'antennes délocalisées en région à la rencontre des auditeurs. Pour en parler, Vincent Giret, le directeur de franceinfo est au micro de la médiatrice des antennes, Emmanuelle Daviet.

On commence avec la vaste consultation lancée par Radio France et France Télévision en octobre dernier. Les résultats ont été présentées ce 6 février au studio 104 de Radio France, en présence notamment d’auditeurs de France Culture qui ont exprimé à Sandrine Treiner, la directrice de la chaîne, tout l’attachement qu’ils éprouvaient à l’égard de cette station. 

Via une plateforme web chaque citoyen a pu exprimer sa vision, ses attentes et ses idées pour les médias radios et télévision de demain.
Les résultats présentés cette semaine laissent nettement apparaître que les Français souhaitent que l’on donne la priorité à l’investigation et à la lutte contre les fausses informations. Les attentes en matière de vérification de l’information représentent pour 85% d’entre eux une priorité.

Comment comptez-vous accroître ce travail de vérification de l’information ?

Vincent Giret : c'est une satisfaction et une inquiétude. Chacun sent bien qu'il y a une crise de défiance. Nous avons un rôle pionnier notamment grâce à la création de l'agence sur la certification des informations. Nous avons des formats adaptés : l'émission le vrai du faux, les idées claires. Nous allons encore plus développer car il y a une attente de nos auditeurs. Travailler sur des sujets encore plus nombreux. Installer des rendez-vous précis à l'antenne. De nombreux projets éditoriaux à venir.

La diversité

Autre attente forte du public c’est de mettre plus de diversité à l’antenne : qu’il s’agisse de la diversité de culture, d’opinions, d'origine, sociale et géographique. Comment allez-vous répondre à cette demande ?
La question de la diversité est multiple dans les voix d'antenne, dans le recrutement de nos journalistes. Il faut que nos rédactions ressemblent à la France, aux Français. Les de journalistes aussi ont beaucoup changé. La composition de nos équipes a aussi changé, de nombreux journalistes viennent des locales de France Bleu. Des regards sur l'actualité qui changent. Nous sommes nourris de cette diversité-là.  La diversité se retrouve aussi à l'antenne, dans le choix des sujets. Nous avons beaucoup de sujets internationaux grâce à la nouvelle direction internationale de Radio France, beaucoup plus de sujets que dans certains médias privés. Franceinfo a toujours cultivé le reportage, il faut encore plus mettre l'accent sur cette dimension-là.

Les rencontres avec le public

Il y a également chez les auditeurs des envies de rencontres, de débats avec les professionnels des antennes.Le 14 février  prochain franceinfo est à Toulouse et vous organisez précisément lors de cette délocalisation, un rendez-vous, un débat avec le public.Vincent Giret pourquoi est-il nécessaire de créer cet espace de dialogue, de confrontation d’opinions avec le public ?

Nous devons dialoguer, ouvrir nos rédactions aux publics. Nous devons expliquer nos méthodes, avoir des échanges constructifs. Si on ne veut pas voir la défiance triompher, il faut nouer ce lien.

Comment ne pas donner au public le sentiment que l’on vient prêcher la bonne parole journalistique ?

Il faut répondre aux questions, écouter les publics. Faire de la pédagogie en expliquant nos méthodes de travail. Nous bénéficions d'une indépendance extraordinaire à Radio France, valeur essentielle du service public.

En tant que journaliste qu’attendez-vous de ces rencontres ?

Ces rencontres doivent être inspirantes, prouver que le dialogue est possible, trouver plus d'armes ensemble contre ce flot de désinformation et contre cette défiance généralisée.

Vous êtes à nouveau en ligne