Le journalisme face à la barbarie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’actualité douloureuse de la semaine rappelle avec une horreur insistante, que les actions des différents mouvements terroristes qui sont à l’œuvre aujourd’hui ont bâti leurs stratégies en fonction des médias.

Tout est soigneusement pesé : la mise en scène des assassinats qui tout à la fois éloigne de l'humanité et la rend accessible dans chaque foyer,  sur chaque smartphone. Les journalistes sont à la fois des cibles -des hommes et des femmes à abattre- et la garantie d'une chambre d'écho mondiale de ce qu'on leur fait subir !

Sujets et objets de l'horreur, les assassins sont assurés que leurs victimes n'auront d'autre choix que de propager leurs messages.

C'est une question terrible posée aux journalistes. Comment travailler face à la barbarie ? Comment les journalistes d'une radio comme France Info toute entière dédiée au traitement de cette actualité peut et doit s'emparer de cette propagande pour informer ses auditeurs sans prêter la main aux assassins ? Le choix du vocabulaire utilisé : France Info a choisi le terme DAECH.

Pour essayer de répondre à ces questions délicates et dire comment la rédaction de France Info se saisit de ces questions c'est à Eric Kervellec, directeur de l'information,  que le médiateur a demandé de bien vouloir répondre.

Vous êtes à nouveau en ligne