Accès aux projections presse réservé aux critiques bienveillantes

Réserver l'accès aux projections presse aux journalistes qui ne diront à priori pas de mal du film : Jérôme Bouvier et Florence Leroy, journaliste à France Info, reviennent sur cette pratique discutable qui fait son apparition dans le milieu du cinéma.

Certains distributeurs de films préfèrent contrôler - et finalement restreindre - l'accès aux projections presse, organisées dans les deux mois qui précèdent la sortie d'un film, dans l'objectif d'obtenir uniquement des critiques positives. Comme le résume le médiateur, Jérôme Bouvier : "Si tu veux voir mon film, engage-toi d'abord à en dire du bien !"

Un exemple le film "La vérité si je mens 3", dont l'autorisation d'assister aux projections presse a été réservée aux journalistes et aux chroniqueurs des émissions de cinéma jugés à priori les moins critiques ou exigeants.

Il parait important de porter à la connaissance des auditeurs l'existence de cette pratique douteuse qui frôle les limites de la "propagande" et porte préjudice à l'idée de la diversité des opinions et des points de vue.