Ukraine : les fils embarrassants de la place Maïdan

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A Kiev la révolution a fait émerger des groupes radicaux qui n'existaient pas auparavant dans le paysage politique. Leur vitrine s'appelle"Pravy Sector", le secteur droit. Ces nationalistes ont une très bonne image dans la population, ils ont un candidat aux élections présidentielles, mais ils ont aussi une forte coloration néo-nazie. L'histoire de cette droite dure qui s'est s'imposée grâce à la place Maïdan : un reportage de d'Etienne Monin.

Sur la place Maïdan à Kiev devenue la cathédrale de la révolution,
Lemco, 22 ans, le visage pâle et fatigué, promène une boîte en carton pour collecter de l'argent. Le jeune garçon
a un pistolet sur la poitrine. Il appartient au groupe radical "Pravi Sector" ,
qu'on identifie facilement par son drapeau noir et rouge.

Ces jeunes hommes aux allures de combattants sont très
respectés pour l'engagement qu'on leur prête en première ligne, lors des plus
féroces combats de la place Maïdan. Ils se sont installés dans des magasins ou
des bâtiments publics, près de la place. Ils font maintenant partie du paysage
sécuritaire et politique. 

Pravi Sector ça veut dire le secteur droit 

C'est une vitrine qui rassemble quatre principaux groupes
nationalistes : "Tryzub ", "UNA-UNSO" , Patriotes de l'Ukraine , "Billy Molot" . L'un des responsables explique qu' au début de Maïdan, quand
les gens écoutaient "sagement"  les discours à la tribune, les
militants des groupes nationalistes étaient installés sur le côté droit de la
colonne de l'Indépendance. Une autre version fait plutôt le lien entre "Sector"  pour les ultras du football et droite pour la tendance politique.

Avant le 29 novembre et les premières vagues de répression,
ces mouvements nationalistes n'avaient pas de liens entre eux. D'après tous les récits, ils se sont fédérés au moment où la
répression policière est tombée sur les étudiants.  

Ils ont un candidat à la présidentielle

Dmytro Yarosh est radicalement anti-Russes. Il est sous le coup d'un mandat d'arrêt
lancé par Moscou. C'est ce qui justifie d'après lui qu'il soit entouré par une
milice paramilitaire digne d'un service de sécurité présidentiel. C'est
d'ailleurs l'un des éléments qui crée le malaise autour de cette mouvance
nationaliste et beaucoup de signes s'apparentent à ceux des groupes néo-nazis.

Leurs références

Le responsable sur Maïdan du groupe paramilitaire UNSO reconnaît son admiration pour la discipline nazi. Le groupe "Patriote de l'Ukraine" a tagué des croix gammées et
des références à Hitler dans les étages de la mairie qu'il occupe. 

Visiblement, ces groupes réunis sous la bannière "Pravi Sector " n'ont pas tous le même rapport au 3e Reich. Dmytro Yarosh affirme que son
organisation est contre la xénophobie et l'antisémitisme. Difficile de savoir si
ces groupes ont adopté à la fois l'habit et l'idéologie nazis, ou bien s'ils l'utilisent en opposition avec la Russie. Ce qui
est sûr, c'est qu'ils ont des armes et qu'ils estiment que la révolution n'est pas
terminée. Et qu'ils vont se compter à l'élection présidentielle.