L'ABCD de l'égalité : immersion dans une classe du Rhône

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

REPORTAGE | En pleine polémique sur l'égalité filles-garçons dans l'éducation, coup de projecteur sur une école qui applique le dispositif de l'ABCD de l'égalité depuis la rentrée. Un dispositif décrié qui veut pourtant lutter contre certains stéréotypes. France Info vous emmène ce jeudi dans le Rhône.

L'ABCD de l'égalité est expérimenté depuis l'automne dans 275 écoles primaires réparties dans dix académies. Le but est de lutter contre certaines inégalités ou stéréotypes. Il a été l'objet de vives critiques de certains opposants qui estiment que l'école dépasse sa fonction. Reportage dans une école primaire près de Lyon qui pratique l'ABCD de l'égalité.

Ce matin-là, il pleut dans la cour de l'école, les enfants jouent, et leur enseignant de CM1-CM2 repère déjà quelques habitudes. "Vous voyez, les garçons courent dans tous les sens, ils occupent tout l'espace et les filles sont là dans leur petit coin, à jouer à la marelle ", constate-t-il.
De retour en classe, il leur distribue des plans de la cour, les élèves doivent alors tenter de retracer leur parcours. Le but est que les garçons se rendent
compte de l'espace qu'ils prennent, parfois au détriment des filles qui souhaiteraient jouer avec eux. "Il faut que chacun se sente libre dans la
cour
", explique le maître. Certaines filles disent tout de suite qu'elles se sentent exclues, même si certains garçons tempèrent : "Y'a bien des filles comme Yasmine qui jouent au foot, et il y a bien du foot féminin à la télé ", explique l'un d'eux.

Une femme présidente de la
République

Deuxième exercice de cette
séance d'ABCD, elle durera une bonne heure, les enfants sont invités à dire ce
qu'ils pensent de certaines phrases, comme "les garçons jouent au foot,
les filles à la marelle
", "les filles font des histoires ",
"les garçons se bagarrent ou les filles sont plus calmes ". Les débats
sont animés mais la plupart des enfants en arrivent vite à la même conclusion :
"On va débattre, mais il faut rétablir l'égalité parfois ", dit une
petite fille, "parce qu'on peut très bien être plus fortes au foot ".
Et la discussion glisse sur les métiers prétendument de femme ou d'homme.
"On pourrait imaginer que des hommes deviennent sages-femmes " confie
une petite fille. De son côté, un élève assure : "Bien sûr qu'une femme
peut être présidente de la République
".

Il ne s'agit donc pas du tout
de gommer les différences entre les filles et les garçons. On est très loin du
modèle de certaines crèches suédoises où les garçons s'habillent en filles, et
les filles en garçons. Simplement, les élèves sont amenés à prendre conscience
de certains clichés qui persistent grâce à des lectures ou des débats en
classe. Les enfants de 10 ou 11 ans le comprennent très bien : "L'ABCD de
l'égalité a été fait pour que les hommes et les femmes soient égaux, ça nous
met sur un bon chemin
", explique un élève. "Il ne faut pas qu'on se
prive de choses qu'on peut faire parce qu'on est une fille
", conclut une
camarade.

"On est beaucoup plus
exigeant pour le soin des cahiers avec les petites filles" (une directrice
d'école)

De leur côté, les enseignants de cette école sont convaincus de l'intérêt
pédagogique de ce dispositif. Ils ont reçu une formation d'une journée et ils
se sont eux-mêmes rendu compte que leurs pratiques étaient parfois dépassées.
"On est beaucoup plus exigeant pour le soin des cahiers aves les petites
filles
", explique la directrice qui accepte volontiers cette remise en
question. Pour elle, il faut que les enseignants et les enfants prennent
conscience des ces différences entre les filles et les garçons mais il ne faut
pas qu'elles les "enferment dans un carcan ".

Dans cette école, aucun
élève n'a été absent lors des récentes journées de "retrait de
l'école" contre ce dispositif. L'enseignant de cours moyen l'assure,
"il y a besoin de plus d'égalité pour bien apprendre ". "Ce qui a
été dit dans les textos contre l'ABCD de l'égalité, ce n'est pas ce qui se passe en classe, c'est du fantasme
", ajoute-t-il.

A LIRE AUSSI ►►► DECRYPTAGE | Qu'est-ce
que la théorie du genre ?

Aujourd'hui certains opposants à ce dispositif demandent l'arrêt de cet ABCD de
l'égalité mais la plupart des syndicats enseignants souhaitent qu'il soit
généralisé à toutes les écoles en septembre 2014. Le ministre de l'Education
l'a également promis. 

Vous êtes à nouveau en ligne