Campus Bleu Marine : quand le FN forme ses candidats

Ce mercredi, c'est le traditionnel défilé du FN à Paris. Marine Le Pen fera un discours à midi et elle rappellera sans doute l'objectif du parti à court terme : les municipales de 2014. Et le parti prépare activement cette échéance en formant ses candidats au sein du Campus Bleu Marine.

Devant l'entrée du siège du parti à Nanterre, ce
samedi matin-là, plusieurs personnes grillent une cigarette, discutent,
téléphonent avant de pénétrer dans une salle qui, en d'autres occasions, est
utilisée pour les conférences de presse. Dans la pièce, autour d'une table, une
vingtaine de participants, des hommes et des femmes de Provence, du Languedoc,
des Pays de Loire ou de la région parisienne, des salariés, des agriculteurs,
des ingénieurs.

Les dirigeants du FN préviennent : portables
éteints, pas d'enregistrement possible. Il y a des recettes électorales qui
doivent rester secrètes. Chaque participant reçoit des fiches de travail. Les notions de base pour appréhender la vie d'une
commune, les règles en matière de financement, la constitution d'une liste, la
manière de s'exprimer en public et dans les médias et ces petites recettes,
secrètes donc, pour réussir une élection.

Créer une dynamique de groupe 

L'objectif de cette formation est également de
créer une dynamique de groupe. Le FN a pensé à tout pour favoriser l'émulation
dont les repas pris ensemble dans des restaurants fréquentés par les Le Pen. Le
parti entend consolider ses réseaux et ça passe, explique-t-il, par la
camaraderie, l'entraide, la cohésion. Comme une armée qui se prépare au combat.

Le FN estime que les municipales auront une
portée nationale et qu'une belle fenêtre de tir s'ouvre à lui. Si le FN fera
porter ses efforts sur les grandes villes pour des raisons de visibilité
médiatique, il compte surtout montrer sa force dans les zones rurbaines. D'ailleurs,
celles et ceux qui suivent la formation seront en majorité candidats dans ces
zones.

Un passage obligé

Dans le Lot et Garonne, l'ex-fief de Jérôme
Cahuzac, une distribution de tracts est organisée à Villeneuve-sur-Lot. Etienne
Bousquet-Cassagne est un étudiant de 23 ans, sympathique, intelligent, le
gendre idéal et donc le type de personnage que le FN n'hésite pas à mettre en
avant pour parfaire son image de parti convenable. Il sera tête de liste à
Tonneins.

La formation à Nanterre est un passage obligé dit-il pour devenir un
redoutable candidat et porter la parole mariniste. Le mois prochain, Etienne Bousquet-Cassagne
tentera également de ravir le siège de député du coin, vacant depuis la
démission de Cahuzac.

Quelque 500 personnes déjà formées

L'implantation locale, c'est ce qui manque au FN
pour améliorer son assise électorale. Ca s'appelle le maillage territorial, la
stratégie de la toile d'araignée, avoir des élus locaux, une force
indispensable pour peser dans les combats futurs.

Depuis le début de l'année, 500 personnes ont
déjà été formées. Vu le succès de l'opération, le FN prévoit
désormais de décentraliser quelque-une de ses sessions de formation.

 

Vous êtes à nouveau en ligne