Accident d'autocar : le temps du deuil et celui des questions encore sans réponses

Si les 24 enfants blessés dans l'accident d'autocar sont désormais identifiés, les causes du drame restent inexpliquées. En Belgique comme en Suisse, l'heure est aux hommages et au soutien des familles.

Dans l'église Saint-Peters de Louvain, plusieurs centaines de Belges se sont retrouvés hier soir, unis dans une même douleur. A l'issue de la cérémonie, chacun s'est avancé pour déposer une bougie près de l'autel. Des gestes plus que des mots. Une minute de silence sera d'ailleurs observée demain matin dans toutes les écoles du pays.

Sur les grilles de l'école Sint-Lambertus d'Heverlee (9 morts et 17 blessés) des dessins ont été affichés. Ils représentent des coeurs, des fleurs, un arc-en-ciel. Et cette phrase : "J'espère que je vais me réveiller de ce cauchemar."

Il y avait 52 personnes dans l'autocar qui a heurté de plein fouet un mur de béton dans un tunnel : 6 adultes (deux chauffeurs et 4 accompagnateurs) et 46 enfants. Sur les 28 personnes décédées, on dénombre les 6 adultes et 22 enfants.

Vous êtes à nouveau en ligne