Le pitch start-up. L’application Viber fait son come-back avec de nouveaux services

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Le Pitch Startup" avec aujourd'hui un coup de projecteur sur une application mobile qui fait son grand retour : c’est Viber. Jérôme Colombain reçoit le directeur général de Viber, Djamel Agaoua.   

Fondée en 2010 en Israël par un ancien militaire et rachetée en 2014 par le groupe japonais Rakuten, l’application mobile de communication Viber (devenue Rakuten Viber) se diversifie en lançant de nouveaux services. Le français Djamel Agaoua dirige Viber depuis 2017. Il est l’invité du Pitch Startup.

Viber semble avoir disparu du paysage au profit de WhatsApp, Messenger, Skype, Telegram… 

Djamel Agaoua : Viber a perdu des parts de marché en France mais se porte bien dans d’autres pays avec plus d’1 milliard d’inscrits et près de 400 millions d’utilisateurs actifs. Viber permet aux gens de se connecter les uns aux autres gratuitement de manière extrêmement sécurisée puisque les échanges sont chiffrés de bout en bout.

Quel est l’intérêt d’utiliser une application sécurisée ?

Djamel Agaoua : C’est la garantie que vos conversations ne sont pas utilisables à des fins de monétisation car il n’y a pas de récupération de mots-clés en vue d’un ciblage publicitaire. Les contenus des échanges ne sont pas partageables avec des tierces parties.

Pourquoi intégrer le paiement ? 

Djamel Agaoua : Les applications de messagerie sont les plus importantes sur smartphone car ce sont celles que nous utilisons le plus. Il nous a donc semblé judicieux d’intégrer un système qui permet d’échanger de l’argent avec nos correspondants et aussi d’acheter des produits. Cette fonction est déjà activée dans certains pays.    

Vous êtes à nouveau en ligne