Une vidéo qui peut relancer la guérilla des Farc en Colombie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le monde tourne. En Colombie, deux anciens des Farc refont parler d'eux . 

Deux noms sont apparus sur  une vidéo diffusée sur tous les écrans colombiens : Ivan Marquez et Jesus Santrich. Ils sont en treillis, filmés quelque part dans la jungle, et ils annoncent qu’ils vont reprendre la lutte armée. Ces deux noms de guerre ont fait trembler dans le passé, puis porté un espoir, et de nouveau, font peur. Ces deux hommes ont étés des commandants des FARC, la guérilla marxiste qui, de 1964 à 2016, a été l’un des acteurs d’une guerre civile qui a fait 260 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés. En 2016, après des années de négociations, les FARC et d’autres organisations paramilitaires ont signé une paix avec le pouvoir colombien. Petit à petit, 7 000 hommes et femmes ont quitté le maquis et les armes, et tentent un retour à la vie civile, souvent compliqué, tant le sang a coulé, y compris au sein des familles.   

NOTICIAS CARACOL

Ces deux chefs ont un poids non négligeable 

Ivan Marquez, de son vrai nom Luciano Marin, a été l’un des négociateurs clés des accords de paix signés à la Havane en 2016. Il avait alors troqué le treillis pour un costume sobre, et les Colombiens avait apprécié son rôle de facilitateur dans des discussions longues et complexes. Il avait alors joué un rôle capital, acceptant de transformer les FARC en parti politique. Il avait su convaincre ses troupes, en tant que commandant de guerre respecté, qu’il fallait tourner une page et accepter une forme de défaite. Mais depuis un an, Ivan Marquez a disparu de la circulation. Il se savait aussi sous la menace d’une enquête pour trafic de drogue de la part des Américains. Certains le pensaient réfugié au Vénézuela voisin. En fait il semble que les deux hommes préparaient leur  retour à la guérilla. Sur la vidéo de 32 minutes, on voit une vingtaine d’hommes en armes autour des deux chefs. Qui expliquent que les accords de paix ne sont pas respectés par Bogota. Ils pourraient en réalité être à la tête de plus de 2 000 guérilleros, qui n’ont jamais rendu les armes et se cachaient. Il faudra beaucoup d’habileté au président Ivan Duque pour que cette vidéo ne réveille pas le conflit.

Vous êtes à nouveau en ligne