Un président milliardaire face à des émeutes sociales sans précédent : le Chili explose

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La planète tourne et mardi on pose le doigt à Santiago du Chili où des émeutes secouent tout le pays. 

"Les militaires, dehors !" Ces pancartes que l’on voit dans les rues des grandes villes chiliennes sont loin d’être anodines. Dans le spectacle de champ de bataille auquel ressemblent certaines rues de Santiago ou de Valparaiso, elles prennent une signification historique.  Depuis la fin de la dictature du général Pinochet, l’armée n’avait plus jamais été redéployée dans la rue. Elle évoque au pays un souvenir : celui du jour ou le président de gauche Allende s’est suicidé dans le palais de la Moneda, encerclé par les militaires qui le renversaient.  Mais les causes de ce mouvement de révolte, qui a valu au président Pinera de décréter un couvre-feu général et de parler de guerre, ne sont pas d’ordre symbolique.  

Le Chili pas à l’abri des crises sud-américaines

Le mouvement a commencé pour protester contre l’augmentation des prix de ticket de métro à Santiago. Des milliers de personnes prennent alors les transports sans payer. Et déclenchent des manifestations en série qui dégénèrent en émeutes générales. Le Chili n’a pourtant rien, sur le papier, d’un pays à émeutes. La croissance y est l’une des plus élevées d’Amérique latine, le taux de chômage relativement bas, et l’inflation mesurée. Sauf qu’à y regarder de plus près, les inégalités sociales y sont très fortes, et des secteurs entiers ont étés laissés à l’abandon : la santé, l’éducation, et surtout les retraites. Les Chiliens sont inquiets, et sont surtout extrêmement endettés. Un adulte chilien sur trois ne peut pas rembourser son crédit.  

Que peut faire le président chilien à ce stade?  

Même si la hausse du prix du ticket de métro a été annulée, c’est trop tard, et il va falloir rapidement trouver autre chose à expliquer aux Chiliens. Sebastian Pinera symbolise justement ce que les manifestants exècrent : les milliardaires au pouvoir. Il est l’un des hommes les plus riches du pays, et s’est entouré au gouvernement d’un certain nombre d’amis qui ont très bien réussi dans les affaires. Ce fameux 1% qui détient au Chili 25 % de la richesse du pays, ce qui en fait l’un des pays les plus inégalitaires du monde d’après les critères de l’OCDE, et qui ont fini par mettre un pays inquiet dans la rue.

Vous êtes à nouveau en ligne