Le monde est à nous. Ne dites plus Hollande pour parler des Pays-Bas

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La planète tourne. On se pose mercredi aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas... car on ne doit plus dire Hollande !

À partir du mercredi 1er janvier 2020, l'appellation officielle utilisée par les offices de promotion du tourisme, les entreprises, les ministères, les universités et les ambassades est "Pays-Bas", et non "Hollande" : nos voisins bataves se lancent dans du "rebranding", autrement dit du repositionnement de marque.

La Hollande : deux provinces, pas un pays

Dire "la Hollande", c'est faire une synecdoque, utiliser la partie pour le tout. C'est en effet se limiter à deux provinces (la Hollande du nord autour d'Amsterdam et la Hollande du sud, qui comprend La Haye et Rotterdam).

Bien sûr, ce sont ces deux provinces qui prennent la lumière : dès le XIXe siècle elles deviennent le poumon économique du pays. Aujourd'hui ce sont elles qui concentrent la quasi totalité des flux touristiques... mais dans l'ombre, il y a 10 autres provinces pas du tout dénuées d'intérêt !

C'est le message que veut faire passer le gouvernement pour réguler le sur-tourisme qui engorge Amsterdam et sa région.

20 millions de visiteurs, c'est trop

En 2018, la capitale a accueilli 18 millions de visiteurs. Cette année, ce sera 20 millions. Dans dix ans, les projections parlent de 29 millions. C'est beaucoup. Beaucoup trop, même, pour une ville d'un million d’habitants.

Il est donc temps d'attirer en-dehors de la Hollande, à Maastricht par exemple, à la découverte de sa magnifique église transformée en librairie, à Utrecht, dans le Groninguen, ou encore dans le brabant septentrional, à Bois-le-Duc, la ville natale du peintre Jérôme Bosch, parce qu'il n'y a pas que Van Gogh dans la vie.

Changement de nom, changement de logo

Cette stratégie de maîtrise des flux touristiques ne passe pas uniquement par un changement de nom, elle passe aussi par un changement de logo : fini le mot "Hollande" et sa tulipe ! Place à un gros "NL" orange bien visible, accompagné du mot "Netherlands".

En novembre le Bureau chargé du tourisme et des congrès a annoncé qu'il allait fermer ses bureaux en Italie, en Espagne et au Japon. Objectif : arrêter d'attirer de nouveaux visiteurs. Leur privilégier les Allemands, les Américains, les Anglais, les Belges ou les Français qui ont déjà séjourné dans le royaume et qui commencent à avoir envie d'aller au-delà des canaux d'Amsterdam.

L'Eurovision, le bon moment ?

Si les autorités néerlandaises ont décidé de tout changer cette année, c'est parce qu'en 2020 un événement international majeur va braquer les projecteurs du monde entier sur le petit royaume : l'Eurovision, qui a lieu au mois de mai à Rotterdam. "Le" bon moment pour imposer cette nouvelle appellation, qui va prendre du temps avant de s'imposer... En ce premier janvier, le site de promotion du tourisme aux Pays-Bas s'appelle toujours "holland.com"... 

Vous êtes à nouveau en ligne