Le monde de Marie. La comédie musicale "Billy Elliott" interdite à l'Opéra national de Budapest

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Billy Elliott" ne sera pas montré en Hongrie. L’Opéra national de Budapest a annulé les 15 dernières représentations de la comédie musicale, désormais interdite.

Pour quelle raison interdire cette comédie musicale inspirée du film de Stephen Daldry ? Parce que selon les mots d’une éditorialiste réputée dans l’un des grands quotidiens hongrois, Billy Elliott fait de la propagande pour l’homosexualité.

Un "encouragement" à devenir homosexuels

Comment se fait-il, écrivait-elle, qu’une institution nationale telle que l’Opéra de Budapest se permette d’être en opposition frontale avec la politique gouvernementale qui veut encore plus d’enfants hongrois ? Elle a bien vu ce drapeau arc-en-ciel aux couleurs LGBT, et elle a bien entendu le mot d’ordre de Billy Elliott, "ose être toi-même", proféré devant un jeune public fragile.

Deux preuves incontestables, selon elle, d’un encouragement à devenir homosexuels. On ne la lui fait pas à cette éditorialiste chevronnée, porte-flambeau de la politique nataliste de Viktor Orban, qui envisage d’ailleurs de mettre en place de nouvelles lois pour criminaliser l’homosexualité en Hongrie, à l’image des lois russes.

"Billy Elliott" ne parle pas d'homosexualité

Certes, mais il reste quand même un petit problème concernant Billy Elliott, car il n’y a pas l’ombre d’un personnage gay ni dans le film, ni dans la comédie musicale. Billy Elliott, c’est un petit garçon fils de mineur, frère de mineur qui a envie non pas de devenir mineur, mais danseur.  Et qui doit faire face à l’hostilité et au conservatisme de son père, pour qui danseur = homosexuel.

Le vrai sujet de Billy Elliott est bien plus une histoire de classe sociale et de la possibilité d’en sortir. De rêver plus grand, une invitation faite aux enfants à poursuivre leurs rêves, sans s’arrêter aux préjugés des adultes. Préjugés infondés en l’occurrence, puisque Billy Elliott n’est pas gay. Serait-ce alors la bande originale composée par Sir Elton John, dont l’homosexualité n’est pas un mystère, qui pose problème ? Si c’était le cas, il faudrait alors urgemment interdire le Roi Lion, mais aussi les œuvres complètes de Tchaïkovski, et j’en passe. Dans sa réponse, le directeur de l’Opéra, a d’abord invoqué le fait que Billy Elliott était une comédie musicale à succès qui ne faisait aucune promotion, avant de poser la question suivante : s’il n’y a plus de danseurs, comment à l’avenir réaliser Roméo et Juliette ?