Le monde de Marie. En Nouvelle-Zélande, une interview sexiste de la Première ministre suscite la gêne et l'indignation

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Marie Colmant revient sur un sujet passé (presque) inaperçu. Aujourd'jui, l'interview polémique de Jacinda Ardern, 37 ans, Première ministre de Nouvelle-Zélande depuis octobre 2017.

Jacinda Ardern a accordé dimanche 25 février une interview à un journaliste chevronné, Charles Wooley, dans une émission intitulée "60 Minutes", sur la chaîne australienne Chanel Nine. L’interview a exaspéré, voire choqué de nombreux Néo-Zélandais, par son ton et ses questions sexistes. La jeune femme est brillante. Chef du parti travailliste, elle a travaillé par le passé avec Tony Blair au New Labour, servi la soupe populaire à New York et, à ses heures perdues, a même été DJ, faisant chauffer les pistes de danse.

Les sujets de question ne manquaient donc pas. L’immigration en était un par exemple. Mais le journaliste refuse de poser des questions politiques. Le sujet qui l'intéresse avant tout est la grossesse de la jeune femme qu'elle a annoncée il y a deux mois.

Charles Wooley commence l’entretien en disant qu’il se sent le plus chanceux des hommes, car elle est de loin, "la plus jolie Premier ministre qu’il ait jamais interviewée" – et Dieu sait qu’il en a vu passer des moches. Face à lui, se tiennent côte à côte, Jacinda Ardern et son compagnon, le journaliste Clarke Gayford, visiblement gêné par cette remarque.

Il n’est pas au bout de ses peines car les questions palpitantes continuent de fuser du côté du vieux briscard. "Et ce bébé, il est pour quand", susurre-t-il avec un regard mouillé. Réponse gênée et brève de l’intéressée qui fait remarquer, qu’"on n’est pas là pour parler de ça, non ?". Eh bien si, on est là pour parler de ça, car le briscard est en quête de vérité. "Comme tout le monde, reprend-il sur un ton sans concessions, je n’ai pas pu m’empêcher de compter les mois, pouvez-vous me dire exactement quand ce bébé a été conçu ?", demande-t-il. Rappelons que nous sommes toujours dans le cadre d’une interview de la Première ministre de Nouvelle-Zélande.

Très professionnelle, Jacinda Ardern garde le sourire. À ses côtés, son compagnon est écarlate. Tous deux ricanent nerveusement, un peu comme si soudainement, ils se demandaient si ce n'était pas un coup de la caméra invisible. Mais non, c’est pour de vrai, le pire étant le sourire satisfait du briscard, comme s’il avait décroché la lune.

Vous êtes à nouveau en ligne