Le monde de Marie. Au Danemark, le gouvernement veut éliminer ses "ghettos"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Marie Colmant revient sur un sujet passé (presque) inaperçu. Aujourd'hui, le Danemark qui raidit sa politique migratoire et veut supprimer ses "ghettos". 

Même le Danemark qui avait ouvert le pays aux réfugiés en 2015, referme ses portes. Dernière preuve en date, l’adoption d’une série de lois regroupées sous le terme de "lois ghettos". Précisons ici que c’est le gouvernement danois et son Premier ministre de centre droit Lars Lokke Rasmussen qui a choisi ce terme de "ghetto" pour désigner les communautés où vivent les populations immigrées.

Ce sont ainsi vingt-cinq communautés "ghettos" qui sont visées. Des quartiers où ont été regroupées les populations immigrées, sans qu’elles aient vraiment leur mot à dire.

La guerre aux ghettos

Mais qu’est-ce qu’un ghetto pour ces hommes politiques danois, qui semblent avoir totalement zappé la sinistre référence de ce mot avec les ghettos juifs ? C’est un quartier à forte population immigrée d’origine non occidentale, à faible revenus, et de religion musulmane. Certains d’entre eux sont là, de longue date, parlent parfaitement le danois, travaillent et paient leurs impôts.

Mais comme les autres, ils devront se plier aux 22 nouvelles lois, destinées à assimiler les immigrés à la population danoise, et surtout, selon le gouvernement danois, à faire cesser les violences qui touchent ces quartiers et qui, selon eux, menacent maintenant de s’étendre dans les villes.

Un régime à deux vitesses 

Dès l’âge d’un an, tous les enfants du ghetto seront obligatoirement confiés à des crèches danoises au moins 25 heures par semaine pour se familiariser avec les traditions danoises. Quand les citoyens danois, peuvent, eux, choisir de placer ou non leur enfant en crèche. Interdiction est aussi faite aux familles de renvoyer l’enfant dans son pays d’origine qui pourrait lui inculquer des valeurs contraires aux valeurs danoises. Ici, c’est une peine de quatre ans de prison que risqueraient les parents qui décideraient de passer outre. La loi prévoit enfin de doubler les peines de prison pour les criminels issus des quartiers ghetto.

Quand on demande au ministre de la justice danois, s’il n’a pas créé, de fait, deux catégories de citoyens, il balaie la question, en expliquant que seuls ceux qui enfreignent la loi sont concernés. Et les Danois ? Qu’en pensent-ils ? Certains trouvent que ce n’est pas si mal, que ces populations n’apprécient pas assez les bienfaits du système. La plupart de ces lois devraient être validées à l’automne.

Vous êtes à nouveau en ligne