Squeezie, youtubeur aux 15 millions d’abonnés, suit les conseils de son père : "Fais ce que tu aimes !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, l’invité est Squeezie vidéaste, auteur-compositeur-interprète et youtubeur, il propose sur sa chaine des vidéos humoristiques, des clips musicaux etc… et nous présente son premier album : "Oxyz".

Lorsqu’Elodie Suigo demande à Lucas Hauchard alias Squeezie de se définir, il répond direct et amusé : "Ben, je suis influenceur malgré moi apparemment à en croire tous les gens commerciaux, en costume etc".

Moi, juste je fais des vidéos depuis que je suis au lycée et ça a pris des proportions un peu folles... et je suis à la radio avec toi aujourd’hui !

Squeezie

à franceinfo

L’aventure commence dans le sous-sol de la maison familiale. Adolescent, son truc à lui c’est de jouer aux jeux vidéo, en particulier sur ordinateur. Squeezie raconte une passion quelque peu addictive, "que j’ai encore mais que j’ai appris à contrôler avec le temps".  À l'époque, ses parents ont deux approches différentes. Sa mère met en place un planning de gaming : "J'avais des heures aussi pour jouer 'en cachette', que je m'étais mis moi-même !" et du côté de son père, c’est plus détendu sur la question : "Très cool. Lui il est très 'fais ce que tu aimes, c’est important d’avoir une passion, vas-y mon fils' !

Squeezie sait très vite ce qu’il souhaite faire, c’est-à-dire se filmer en train de jouer aux jeux vidéo mais aussi de créer ses propres vidéos. Un peu touche-à-tout il confie à Elodie Suigo qu’il a toujours "été curieux. Après j’ai été happé par les jeux vidéo et du coup quand j’ai vu qu’il y avait YouTube qui existait, j’ai eu un déclic ! Je me suis dit 'mais attends ! Là, je joue tout seul avec des potes en ligne mais je peux partager ça avec tellement plus de gens, let’s go !' C’est parti !"

Les choses sérieuses commencent alors qu’il n’a que 15 ans avec la naissance de sa chaîne YouTube et celle de son personnage Squeezie, pétri d’humour, car il se rend vite compte que ses faibles performances en tant que joueur ne risquent pas d’attirer les foules : "En fait, ce n’est pas un choix (…) Ça n’intéressait pas les gens de voir un gars pas bon en jeux. Donc, il fallait les happer autrement donc moi, je me suis dit : 'on va s’amuser, on va rire' et puis voilà !".

Quasi une décennie plus tard, les chiffres au compteur du nombre de vues sont impressionnants. Au-delà du fait que depuis 2019, il est le premier vidéaste francophone, il comptabilise 7 milliards de vues et plus de 15 millions d’abonnés le suivent sur sa chaîne. Lui-même constate le temps passé trop vite et s’émeut de ce succès : "C’est beau, ce sont des paliers symboliques incroyables mais ça s’est fait tellement au fur et à mesure que… Comment dire ? Je ne réalise pas spécialement quoi ! Je réalise quand je vois les gens dans la rue, quand ça devient réel en fait d’un coup".

Comme un déclic

Global Studio

A 24 ans, Oxyz, son premier album est un peu une suite logique : "Les premières vidéos que j’ai faites et qui ont vraiment marché, c’était des musiques"  et Squeezie raconte que c’est à la suite d’une collaboration avec de vrais musiciens, l’année passée, qu’il a pris la mesure du champ des possibles dans ce domaine, "et de ce que c’était de se mettre vraiment dedans. Pas juste de bosser une journée sur une musique mais de bosser des semaines, des mois sur un projet entier. J’ai vu l’occasion de travailler en fait, juste me dire c’est un challenge, j’ai envie de progresser, j’ai envie d’apprendre, c’est cool".

J’ai envie de raconter des choses plus perso qui m’ont fait beaucoup de bien D’extérioriser pas mal de trucs en musique, ça fait beaucoup de bien.

Squeezie

à franceinfo

Alors oui, dans ce nouveau projet, il se livre un peu plus en parlant de ce qu’il a dans le cœur mais aussi de ses aspirations à vivre, profiter pleinement du temps qui passe. C’est à l’occasion d’un séjour au Japon, d’une déconnexion totale, qu’il conçoit une grande partie de cet album avec en prime une dédicace spéciale à sa maman.

L’album m’a permis de prendre du recul. De me poser sur des thèmes. Je suis souvent dans le rush, à faire des vidéos, des live, des trucs à droite à gauche. Et là, le fait de me poser et d’avoir le temps, j’ai pu prendre du recul et ça m’a fait du bien.

Squeezie

à franceinfo

Prendre de la distance par rapport à sa notoriété n’est pas aisé et il confie: "C’est une pression que l’on se met tout seul en fait", il se sait privilégié et se pose régulièrement la question : "Comment je fais pour être digne de cette place ?"  Soucieux de continuer à être finalement toujours "à la hauteur" de ce que l’on attend de lui.

Cela fait donc 9 ans qu’il occupe le devant du web, évoluant avec les années et ce, sous les yeux de sa communauté. Pour autant, il n’appréhende pas la réaction de ses fans quant à son album : "J’ai hâte. Je suis content de montrer aussi cette facette-là, un peu plus dark, un peu plus honnête sur certains trucs, où on montre un peu ses points faibles (…) Je n’ai pas du tout peur que les gens qui me suivent écoutent l’album".

 

Vous êtes à nouveau en ligne