Rex Orange County : "J'ai beaucoup de choses à dire et beaucoup de choses à prouver"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, l’invité est le chanteur britannique Rex Orange County. Il nous parle de son jeune parcours et de son dernier album "Pony".

Né Alexander O’Connor en 1998, Rex Orange County grandit en Angleterre. La musique est entrée très vite dans sa vie : "Lorsque j’étais jeune, j’aimais chanter, je jouais au piano. J’aimais beaucoup le rock et j’ai fini par faire de la batterie." À 5 ans, c’est la chorale de l’école dans laquelle travaille sa mère qui lui apprend des chansons populaires. "On apprenait aussi les harmonies, a chanté dans un groupe." 

À 16 ans, il décide de se lancer dans la musique. Il se décrit comme solitaire, un homme assez émotif. Il fabrique ses chansons dans sa chambre. "Tous les jours, je rentrais de l’école et je faisais de la musique sur mon ordinateur, avec mon clavier." Il reconnaît ne pas avoir était très bon élève, "j'ai un peu de mal alors l'autorité". Mais lorsqu'il entre à la BRIT School, une école britannique d'arts du spectacle, il excelle.

De la pop, du jazz, du hip-hop et de la soul

En 2016 sort son premier album Bcos u will never b free dans lequel il met beaucoup de lui-même : "J’avais beaucoup de choses à dire et beaucoup de choses à prouver. Je voulais aussi montrer mes capacités." Sa musique mélange des sonorités jazz, pop, soul et même des élements de hip-hop. Il est remarqué par l’artiste Tyler The Creator qui lui demande de chanter un de ses titres, Flower Boy. a a vraiment été un point de départ. C’était incroyable comme expérience, très excitant."

Son deuxième album Apricot Princess sort en 2017. Il se nourrit d’une histoire d’amour, d’un apaisement intérieur. "Au niveau sonore, j’avais vraiment l’impression que je pouvais faire quelque chose de plus grand, j’avais plus de capacités en terme de production. J’étais amoureux pour la première fois, je n’étais plus en colère. C’était un tournant pour moi."

J’ai un amour pour la Pop mais j’ai envie de montrer que je peux tout faire. J’aime les sons un peu bizarres, urbains.

Rex Orange County

à franceinfo

Son troisième album est rythmé par des sons plus pops que les précédents. Le nom du disque, Pony, est cher à l'artiste : "C’est un mot qui représentait le moment où je me trouvais dans ma vie. Deux années difficiles pour moi, dans mes relations avec les gens." Il le reconnaît, il écrit parfois de meilleures chansons dans la souffrance. Pour le moment, aucun concert n'est prévu en France. Les fans de l'artiste devront patienter.

Vous êtes à nouveau en ligne