Niels Arestrup : "Je ne pourrais pas jouer si je ne frôlais pas une espèce d'incarnation d'enfance"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Elodie Suigo. Aujourd'hui, elle reçoit Niels Arestrup, comédien auréolé de trois César du meilleur acteur dans un second rôle. Actuellement, il joue dans la pièce "Rouge" de John Logan,jusqu'au 15 décembre au Théâtre Montparnasse, où il y campe un Mark Rothko plus vrai que nature.

Dans la pièce Rouge, Niels Arestrup incarne le peintre américain Mark Rothko, figure de l'impressionnisme abstrait à qui le célèbre restaurant du Four Seasons vient de passer une commande dans les années 50. Un rôle proche des convictions de l'acteur : "J'ai une certaine solidarité avec les mots de Rothko, les mots de John Logan, les idées, les pensées , une espèce de contestation un peu nostalgique."

Niels Arestrup incarne pleinement Rothko et se retrouve dans "l'intransigeance" de l'artiste: "C'est un homme qui était intransigeant vis-à-vis de lui-même, sur lui-même, mais aussi vis-à-vis des autres et il est un peu perdu." Niels Arestrup confie que lui aussi a parfois perdu des choses, d'autres vies inconsciemment. Rien ne le prédestinait à devenir acteur et il rentre dans le métier finalement par hasard.

Youtube

Solitude

Il grandit en banlieue parisienne avec des parents ouvriers, âgés, usés par le travail et c'est le silence qui s'impose dans leur petite maison qui jouxte l'usine : "Quand je pense à mon enfance, je pense à la solitude", il confie qu'il était : "Seul, sans copains." Ses parents ne l'ont pas forcément désiré et cette situation il l'accepte et peut-être en a t'il fait une force : " Je l'ai très bien compris, senti avec mes petits mots à moi quand j'étais tout petit, ça a été à la fois ce qui m'a permis de beaucoup développer mon imaginaire car quand vous n'avez pas de frères, de soeurs, de copains vous avez un besoin vital d'exprimer quelque chose de votre monde à vous, de votre monde d'enfance."

Des rencontres déterminantes

En 1968, un an d'avant d'intégrer l'usine de son père comme il en est de coutume à l'époque, il regarde un soir à la télévision un reportage sur un cours d'art dramatique donné par la comédienne et metteuse en scène d'origine russe,Tania Balachova. Il a 19 ans et c'est, pour lui, une révélation :

J'ai entendu autre chose, j'ai entendu une autre langue, d'autres mots, j'y ai vu un regard sincère.

Niels Arestrup

à franceinfo

"Je ne me disais pas que j'allais faire du théâtre, je me disais que je voulais la voir et que je voulais l'entendre," poursuit l'acteur.

Après un mois à observer les autres apprentis acteurs dans ce cours, elle pousse Niels Arestrup à monter sur scène : "Vous n'imaginez quand même pas que vous pouvez regarder les autres se casser la gueule devant vous, sans penser qu'à un moment ou l'autre, il faut que vous montiez aussi sur le plateau et donc elle m'a poussé à passer un texte."

Il démarre sa carrière en vivant de métiers alimentaires et en acceptant de jouer dans des publicités, car il faut bien gagner sa vie. Une Carrière, c'est du travail, mais c'est aussi une histoire de rencontres et c'est avec Peter Brook (metteur en scène, acteur, réalisateur et écrivain britannique) que sa vie professionnelle prend un autre tournant. Durant 2-3 ans, il reste avec son équipe et il y découvre d'autres choses : "Moi, je jouais un peu comme un sauvage, je me disais : "Oui, c'est super, on va me voir, j'existe". Il m'a fait prendre conscience que ce travail était peut-être plus compliqué que cela."

Niels Arestrup est fier des nombreux rôles qu'il a joué, mais celui de Mark Rothko dans la pièce Rouge lui semble être celui qu'il : "a ressenti de plus important et de plus cohérent dans sa carrière."

Je ne pourrais pas jouer si je ne frôlais pas une espèce d'incarnation d'enfance, c'est-à-dire un jeu d'enfant.

Niels Arestrup

à franceinfo

Dans la cour d'école, il raconte que lorsqu'il se prenait une flèche d'Indien, il tombait par terre, et s'imaginait vraiment mort : "J'étais sûr que j'étais mort. Les autres ne comprenaient pas pourquoi. Mais je ne pouvais pas faire autrement sinon ça ne m'amusait pas."

Niels Arestrup n'a rien perdu de cette part d'enfance et ajoute : "Je joue toujours en me fatiguant énormément et je prends des flèches, énormément. J'ai besoin d'y croire comme un gosse et quand on y croit comme un gosse a 70 ans, ça fatigue."

La pièce Rouge avec Niels Arestrup, c’est au Théâtre Montparnasse à Paris et elle se déroule jusqu’au 15 Décembre.

Vous êtes à nouveau en ligne