Estelle Lefébure : "Vieillir c'est important, plus on est vieux plus on est respecté"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, l’invitée est la mannequin et actrice Estelle Lefébure qui relate son expérience au sein des Samburu dans "Rendez-vous en Terre inconnue" au nord du Kenya diffusé sur France 2. Elle remonte aussi le fil du temps pour nous parler de sa vie, de sa carrière.

Estelle Lefébure explique d'emblée que cette expérience dans "Rendez-vous en Terre inconnue", lui ouvre les porte d'un autre monde, sans ses repères, sans savoir ce que le lendemain lui réserve, qui elle va rencontrer. Elle a séjourné au sein des Samburu, une population du nord du Kenya. 

Ça a été une expérience profonde, très intense avec beaucoup d'émotions

Estelle Lefébure

à franceinfo

Ce tournage, c'est une rencontre avec trois femmes Samburu extraordinaires et Estelle Lefébure confie qu'elle a eu beaucoup de chance de tomber sur elles : "Ces trois fées, comme je les appelle" dans une communauté où l'on voit peu les hommes. Des femmes du bout du monde qui mènent leur barque courageusement et tiennent la vie d'un village avec très peu et "avec une joie de vivre qui est incroyable. Franchement c'est une grande leçon".

Le mannequinat par hasard

Adolescente, Estelle Lefébure envisage de devenir hôtesse de l'air, le goût du voyage et de la découverte probablement. C'est une enfant très solitaire, ses parents travaillent beaucoup, dont le samedi pour sa mère. C'est le dimanche qu'ils se retrouvent tous pour faire de longues promenades en famille. "J'ai toujours été très proche de la natureJ'ai besoin de la terre." Et c'est par hasard à 19 ans qu'elle est repérée dans la rue et devient mannequin: "Ce n'est pas un métier dont je rêvais, je n'avais pas forcément tout fait pour arriver à ce métier.

Le mannequinat lui apprend la patience et l'exigence: "Je suis assez perfectionniste. J'aime bien quand je fais bien les choses. Je pense que c'est important dans ce métier, on n'a pas le droit à l'erreur. Votre capital c'est un peu vous, prendre soin de soi et ça c'est plutôt pas mal maintenant." Estelle Lefébure raconte sa vie de voyages :" Tout est rapide (...) On rentre chez soi deux jours, on repart", décalée.

On travaille en maillot de bain l'hiver et en manteau l'été

Estelle Lefébure

à franceinfo

L'envers du décor : les doutes dans le regard des autres et donc sur l'estime de soi physiquement, psychologiquement. "Vous prenez un kilo et on a l'impression que ça va se voir, ça y est et c'est terrible parce qu'en fait, on peut arriver à se rendre malade."

C'est fabuleux et en même temps on a toujours ce poids de devoir plaire, d'être toujours au top. C'est quand même très exigeant comme métier parce que ça va très vite aussi en dégringolade

Estelle Lefébure

à franceinfo

Satisfaite d'avoir emprunté le chemin du mannequinat, heureuse que la chance lui ait souri, Estelle Lefébure confie à Elodie Suigo que ce métier lui a permis d'observer les autres et aujourd'hui, elle ressent beaucoup plus les autres, les énergies et elle s'en sert: "J'ai envie d'avoir cette plénitude."

Le temps qui passe ne l'effraie pas et de sa rencontre avec ses '"trois fées Samburu", Estelle Lefébure se rappelle d'une discussion avec l'une des villageoises lui disant : "Vieillir c'est important, plus on est vieux plus on est respecté", une vision qu'elle partage tout en regrettant que cet adage ne corresponde plus à la réalité dans notre société : "Ce qui est un peu dommage dans notre société, c'est qu'on oublie nos personnes âgées et le respect de l'ancien."

Vous êtes à nouveau en ligne