Clara Luciani : "Les petits boulots étaient en train de m'user complètement"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Elodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, la chanteuse Clara Luciani.

Sainte Victoire, c'est le titre du dernier album de Clara Luciani. Ayant grandi dans la région de Martigues, c'est un écho à la montagne du même nom. "Vu que j'ai écrit cet album un peu comme une autobiographie, ça me semblait incongru qu'il n'y ait pas un petit clin d'oeil à ma région d'origine."

Région où elle a passé son enfance, avec du soleil, mais aussi de la solitude. "A 11 ans, je mesurais 1,76m, et comme on le sait les enfants sont parfois cruels entre eux. J'étais souvent moquée, mise sur le côté, je n'avais pas beaucoup d'amis. J'ai très tôt trouvé refuge dans la lecture, et ça aussi me mettait un peu plus de côté à la récréation."

Finalement je crois que c'est très bien que ça se soit passé comme ça, parce que c'est dans cette solitude que j'ai trouvé mon goût pour la lecture et l'écriture, qui m'ont amenée à faire ce que je fais aujourd'hui.

Clara Luciani

à franceinfo

La rencontre avec La Femme 

Lors d'un festival, elle rencontre les membres du groupe La Femme, qui lui proposent de monter à Paris faire des voix. Elle accepte, et se lance dans la musique. Après un parcours un peu tortueux, Clara Luciani se retrouve à faire les premières parties de Raphaël : "C'était fantastique. Il a toujours été de très bon conseil, très encourageant, très bienveillant. Et puis c'était ma première vraie tournée, avec un tour bus, et chose extraordinaire, j'étais payée pour les concerts. Avant ça avec La Femme, on était payés 30 livres pour le groupe dans des pubs à Londre. Je découvrais que c'était possible d'avoir un parcours plus professionnel. Ça m'a sauvée de ces petits boulots qui étaient en train de m'user complètement."

Je vivais dans un truc de précarité qui commençait à me peser. J'étais au bout du rouleau, très fatiguée, et puis je perdais confiance en moi. Je me disais 'Au bout d'un moment, si ça ne marche pas, tant pis, je vais retourner à la fac.'

Clara Luciani

à franceinfo


En janvier 2018, elle sort le titre La Grenade, qui va devenir célèbre près d'un an après. "Ce titre, c'est une porte d'entrée vers mon album. Mais il me fait aussi un peu peur. Peur de ne devenir que ce titre. J'appelle les gens à écouter le reste, parce que je suis plein d'autres choses, et je trouverais dommage qu'ils passent à côté du reste. Je m'identifie autant à une autre chanson qui s'appelle Les Fleurs par exemple, où je montre beaucoup plus de vulnérabilité."

Vous êtes à nouveau en ligne