L'hommage de Natalie Dessay à Nougaro : après 30 ans d'opéra, la cantatrice apprend "à chanter autrement"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, la cantatrice, chanteuse et comédienne Natalie Dessay qui, en collaboration avec Yvan Cassar, a sorti un album hommage au poète Claude Nougaro : "Sur l’Ecran Noir de Mes Nuits Blanches". Sa tournée reprendra début novembre.

Sur l’Ecran Noir de Mes Nuits Blanches est un gros challenge pour Natalie Dessay puisque la cantatrice change radicalement d’univers musical avec cet album. Elle explique qu’elle apprend en ce moment à "déchanter" : "Je prends des cours toutes les semaines pour apprendre à chanter autrement" et que c’est "très dur, parce que le corps a pris des habitudes, a appris un geste technique très particulier et complètement contre-nature qu’il faut arriver à défaire pour revenir à quelque chose qui est plus naturel disons, mais quand même, cette gorge fermée et cet apprentissage de la voix mixte et de la voix de poitrine portée plus haut. Ça c’est quand même une technique compliquée". L’exigence de ce nouvel exercice la fait douter mais elle relève quand même ce défi.

Je ne sais pas aujourd’hui si un jour, je vais arriver à chanter comme je veux chanter.

Natalie Dessay

à franceinfo

Natalie Dessay ne s’explique pas cet attirance pour le chant : "Pendant longtemps je n’ai pas compris. Je ne comprenais pas ce qui m’avait poussée là, à part le fait que j’étais douée pour ça. Moi ce n’était pas mon choix premier". Et elle ajoute qu’elle se voyait plutôt ballerine avant de penser à être actrice.

Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est vraiment de chanter avec ma voix 'normale', et de jouer au théâtre.

Natalie Dessay

à franceinfo

C’est en 2013 qu’elle opère ce changement de cap, une façon pour elle de s’émanciper "parce que j’ai l’habitude de dire que pendant 30 ans pratiquement j’étais au Carmel et quand on sort du Carmel c’est vraiment pour se réinventer et peut-être s’approprier son vrai moi peut-être". Et elle confie aussi qu’avec le recul, ces trois décennies passées à l’Opéra ont été extrêmement riches avec des périodes qui l’étaient beaucoup moins : "Bien sûr, j’ai pris du plaisir parce que c’est quand même des sensations fortes mais il y a eu aussi beaucoup beaucoup de moments de doute, beaucoup de moments douloureux. Surtout dans les dernières années, c’était devenu compliqué pour moi".

Le nouveau registre dans lequel elle évolue désormais n’est pas plus facile que l’opéra et elle compare son acolyte Yvan Cassar (compositeur, pianiste, arrangeur et directeur musical) au grand couturier Yves Saint-Laurent pour son exigence nécessaire : "Il m’a accompagnée dans cette métamorphose et cette éclosion de chrysalide, et en même temps il a fait un costume sur mesure".

Moi ce que j’aime aujourd’hui avec les textes d’un Nougaro, c’est vraiment qu’on est dans la poésie du plus haut niveau. C’est ce qui m’a un peu manqué à l’opéra. Dans le répertoire que j’avais en tout cas, c’est la beauté des livrets.

Natalie Dessay

à franceinfo

Dans cet album, elle s’approprie les mots de Claude Nougaro en les interprétant à sa façon comme dans Tendre : "Il ne s’agissait pas d’imiter Nougaro, de toutes façons je n’aurai jamais pu même si j’avais voulu. Mais j’allais dire presque de prendre le contrepied de Nougaro" en passant de la voix d’un homme très extraverti, très gascon et "qui mord dans les mots comme ça" poursuit-elle mais elle, elle voulait "faire l’inverse en fait, je voulais tout intérioriser, chanter avec une voix très douce, très grave et mettre l’accent sur la beauté de ces textes".

SME (au nom de Sony Classical); EMI Music Publishing

Natalie Dessay chante Nougaro le 2 novembre à Lille, le 3 au Mans, le 8 à Nantes, le 14 à Tours ou encore le 23  au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris et le 1er décembre à Bordeaux.

Vous êtes à nouveau en ligne