Antoine de Caunes : "À partir du moment où tu me dis 'Moteur' ou 'Action', il n'y a plus de limites !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Elodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, l'animateur Antoine de Caunes.

Animateur de Popopop ! sur France Inter, mais aussi historique de la chaîne Canal+, Antoine de Caunes parcourt la France depuis 2017 pour ses émissions La Gaule d'Antoine. Le 27 mars, il a même fait un crochet par l'Angleterre pour une émission spéciale Gaule Save The Queen

Une carrière pourtant pas évidente au départ, avec des parents qui ne souhaitaient pas spécialement voir leur fils faire de la télé : "Ils ont essayé de me décourager de faire ce métier. Ils ont fait partie des 'pionniers' de la télévision. Je sais que mon père, qui présentait le 20h sur TF1 s'est fait virer deux ou trois fois parce qu'il se permettait des bons mots sur l'actualité. Ma mère, speakerine, a eu des problèmes en 68 quand elle a commencé à militer. La télé, ce n'est pas qu'une histoire glamour et marrante et ils n'avaient pas très envie de me voir plonger là dedans."

Mon père m'a transmis un sens de l'irrespect et de l'impertinence. Ma mère prenait la vie du bon côté, en s'en amusant.

Antoine de Caunes

à franceinfo

Les débuts de Canal+

Il a fait partie des premiers à rejoindre la chaîne cryptée à sa création, avec l'idée de proposer autre chose : "Pour moi c'est un peu l'équivalent de ce que mes parents avaient vécu en ouvrant l'antenne en France. En 1984, quand cette chaîne a ouvert avec l'idée de faire quelque chose de différent, d'alternatif à ce qu'il se proposait alors, on est venus en courant."

Antoine de Caunes connaît son âge d'or avec Nulle part ailleurs, avec Philippe Gildas, qui va l'accompagner pendant des années : "Il est devenu mon père de télévision. Il avait toutes les qualités que j'estime indispensables à un journaliste. La curiosité, l'intérêt, l'absence d'égo, c'est à dire ne pas se mettre devant le sujet qu'on traite, et surtout de la bienveillance." 

A son enterrement, il fait une blague à José Garcia en lui disant qu'il fallait être habillé en blanc : "On a essayé de faire une cérémonie évidemment grave et triste parce que tout le monde était désolé de son départ, mais en même temps j'ai passé les deux derniers mois de sa vie en sa compagnie, on s'était préparés tous les deux à son départ. Je me suis senti un peu allégé."

Pour la cérémonie, il était hors de question qu'on fasse un truc plombé. Maryse [La femme de Philippe Gildas] aurait adoré qu'on fasse un Nulle part ailleurs pour son enterrement. 

Antoine de Caunes

à franceinfo

Malgré ses innombrables émissions et quelques rôles au cinéma, Antoine de Caunes est quelqu'un d'assez réservé : "Oui, je suis timide au quotidien, mais à partir du moment où vous me dites 'Moteur' ou 'Action' sur un plateau, il n'y a pas de limites, ça peut aller loin !"

Vous êtes à nouveau en ligne