Abd Al Malik : "Les écrivains étaient pour moi des frères, qui m'ont expliqué la vie."

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Elodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, le rappeur Abd Al Malik.

Le jeune Noir à l'épée, c'est à l'origine un tableau de Pierre Puvis de Chavannes. C'est cette oeuvre, à l'exposition Le Modèle Noir au musée d'Orsay qui a donné son inspiration à Abd Al Malik, qui a décidé de donner le même nom à son nouvel album. 

Dans celui-ci, il se raconte à travers l'histoire de ce jeune, ses questionnements sur l'identité. "Je voulais écrire depuis longtemps un long poème sur l'identité. Dès que j'ai vu ce tableau, j'ai voulu en parler, parler de ce questionnement sur l'identité dans l'époque qu'on traverse aujourd'hui. Quand on parle d'identité, il y a aussi le fait d'être noir, et ce que ça signifie."

Moi ma grande réflexion, c'est de me demander comment on fait peuple.

Abd Al Malik

à franceinfo

Mais il parle également de son histoire, de ses difficultés aussi, avec la vie dans une cité HLM de Strasbourg. "C'était dur pour ma mère en tant qu'adulte, mais elle nous cachait tout ça. Elle ne nous a jamais fait sentir que c'était difficile. Et puis j'ai découvert la lecture, ça m'a sauvé. Quand on vit dans un contexte de cité, les quartiers populaires peuvent devenir un vase clos. Un monde dans le monde. La littérature m'a permis de sortir de ça. Des figures se sont dessinées. Les écrivains étaient pour moi des amis, des frères, qui m'ont expliqué la vie."

Par chance je n'ai pas mal tourné, et ce n'est pas normal en France : avec ce que représente l'école, toutes ces choses qui permettent de transcender sa position, c'est grave que certains s'en sortent par chance.

Abd Al Malik

à franceinfo

Amoureux des mots

Si Abd Al Malik sort du lot, c'est pour ses textes, la justesse des mots qu'il emploie. "Je refuse la facilité, mais en plus je magnifie la complexité. Je peux dire des choses très simples, mais à plusieurs degrés de compréhension. Ce sont les artistes qui font ça que j'admire. Par exemple quelqu'un comme Jacques Brel, ses textes sont simples, mais à différents moments de notre vie, on va les comprendre différemment."

Dans ce dernier album, il y a aussi une déclaration d'amour à la vie. "Je voulais aussi célébrer l'universel. Je pense toujours au petit Abd Al Malik, qu'est-ce qu'il se serait passé s'il était tombé sur cet ouvrage [Le Jeune Noir à l'épée est également édité en livre], il aurait été bouleversé. Cela l'aurait amené à l'homme que je suis aujourd'hui, mais peut-être de manière un peu plus simple."

Le jeune Noir à l’épée, sorti en livre et en CD le 27 mars dernier. L’exposition qui l’a inspiré, Le Modèle Noir, est jusqu’au 21 juillet au musée d’Orsay. 

Vous êtes à nouveau en ligne