"William Blake ou l'infini", de Christine Jordis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Certains artistes sont véritablement des révolutionnaires. C’est le cas de l’anglais William Blake. Il y a 200 ans, ce peintre et poète révolté par la misère et l'injustice sociale, s’est battu contre le clergé, la monarchie, l’armée et l’argent. C’est ce que rappelle Christine Jordis dans son nouveau livre.

William Blake ou l'infini , de Christine Jordis est publié par Albin Michel – Note : ***

 

Né au-dessus d’une échoppe de bonnetier, à Londres, William Blake (1757-1827) affirmait que, pour retrouver la joie que nous portons en nous, "il suffit de nettoyer les fenêtres de la perception". Après avoir vu Dieu à huit ans, puis un arbre "rempli d’anges", il dessina, peignit, grava, écrivit de longs poèmes prophétiques.

Anticlérical, antimonarchiste, pacifiste, révolté par la misère et l’injustice sociale, il voulut changer l’homme et le monde. À l’argent-roi, il opposa l’esprit, c’est-à-dire la poésie et l’art. Rejeté par son époque, condamné à la solitude et à la pauvreté, il n’en continua pas moins de poursuivre son chemin jusqu’à sa mort.

 

Vous êtes à nouveau en ligne