Un jeune mort d'autrefois. Tombeau de Jean-René Huguenin, de Jérôme Michel

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jean-René Huguenin n'a écrit qu'un seul roman mais son œuvre traverse le temps. Mort à 26 ans dans un accident d'auto, il était l'un des écrivains les plus doués de l'après-guerre. On parlait de lui pour le Goncourt et ses soutiens et amis s'appelaient Julien Gracq, François Mauriac, Philippe Sollers ou Jean-Edern Hallier.

"Un jeune mort d'autrefois. Tombeau de Jean-René Huguenin ", de Jérôme Michel est publié aux éditions Pierre-Guillaume de Roux (192 p., 19,90E) – Note : ***

Résumé : Le James Dean de la littérature française d'après-guerre

Ce portrait sensible de Jean-René Huguenin (1936-1962) avec
un titre inspiré par Mauriac vient combler un manque éditorial : une
biographie consacrée à l'auteur du mythique roman La Cote sauvage et du Journal
désormais considéré comme un classique en Points-Seuil. Sur l'air de
" Cette année-là " de Claude François, Jérôme Michel nous restitue le
tournant historique de 1962 : Cette année-là, les enfants du baby boom
sortaient de l'âge ingrat. Une classe d'âge apparaissait, promise à un bel
avenir publicitaire : "le jeune". En 1962, le jeune dansait le
cha cha cha, la kwela et le twist en claquant des doigts comme Johnny Halliday,
retenait la nuit, jouait au flipper et rêvait d'Amérique. Jean-René Huguenin a
beau n'avoir que 26 ans à sa mort accidentelle en voiture, une semaine avant
celle de Roger Nimier, il a pressenti "la fin d'un monde". Dans le
James Dean de La Fureur de vivre comme dans le Petchorine de Lermontov, il
identifia "un héros de notre temps", cristallisant "un étrange sursaut de
dégoût et de mélancolie, un dernier cri, une dernière révolte de l'enfance
trahie". Jean-René perçut au plus profond de lui-même l'entrée de l'Occident
dans l'âge du nihilisme. Ce romantique, "enfant sérieux de
l'après-guerre", qui a choisi un certain retrait par désir d'intégrité
spirituelle, aura pourtant le sens des rencontres : avec pour professeur
d'histoire-géo Julien Gracq et condisciples Jean-Edern Hallier, Renaud Matignon
ou Jean-Jacques Soleil, il deviendra plus tard le fils spirituel de Mauriac
(contre Sollers) et reconnaîtra en Hemingway un modèle d'homme : boxeur,
aventurier, conquérant. C'est aussi l'ambiance enjouée et un peu folle,
volontiers fêtarde, des débuts de Tel Quel qui revit à travers lui, entre
insouciance et gravité, en plein conflit franco-algérien. Amitiés, amours,
relation privilégiée avec Jacqueline sa sœur, évolution littéraire et tendances
politiques sont tour à tour abordés avec finesse et poésie pour rendre à la " légende "
de Jean-René Huguenin à jamais coulée dans le marbre toute la fraicheur
déchirante d'une époque.

Vous êtes à nouveau en ligne