"Portraits de Cour", de Franck Ferrand

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis la fin du Moyen Age, les plus grands artistes ont travaillé sur les portraits des rois, des reines ou des empereurs. Hier comme aujourd'hui, ils doivent transmettre dans leurs œuvres le pouvoir, la force, la grandeur, mais aussi l'intimité et l'humanité.

Dans leur livre, Franck Ferrand et Stéphane Bern montre ce travail et ces enjeux, dans un album très illustré consacré aux portraits de cour. Un merveilleux livre d'histoire.

Portraits de Cour, de Franck Ferrand et Stéphane Bern est publié aux éditions du Chêne (320 p., 35E) Note : ***

Mot de l'éditeur

Il y a le portrait de Louis XIV en tenue de sacre par Rigaud. Ceux de François 1er et de Charles Quint par Titien. La suite de Marie de Médicis par Rubens. Les Ménines de Vélasquez. Mais aussi, plus récemment, la reine Elisabeth II d'Angleterre par Lucian Freud. Dans l'histoire de la peinture, le portrait de cour constitue un genre majeur entre tous. Les plus grands peintres, aux XVIIe et XVIIIe siècles notamment, ont consacré le gros de leurs efforts à ces tableaux. Ceux-ci faisaient connaître l'image des souverains tant à leurs peuples qu'aux autres cours royales. Il étaient aussi un outil de propagande, chargé de symboles et parfois de messages cachés.