"Les derniers des fidèles", d’Etienne Kern et Anne Boquel

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après la chute de Napoléon, des milliers de familles françaises et des officiers de l’Empire se sont réfugiés aux États-Unis. L’un d’entre eux, le général Charles Lallemand, a fondé une colonie pour changer le cours de l’histoire.

Il voulait libérer Napoléon à Sainte-Hélène. Son fort retranché s’appelait "Champ d’Asile". C’est cette aventure incroyable et oubliée, qui pourtant a inspiré Balzac et John Wayne, que deux historiens, Etienne Kern et Anne Boquel, font revivre dans un livre qui se lit comme un roman. Une épopée folle, inquiétante et tragique.

 

Résumé  : Fin 1817. L'Empereur est à Sainte-Hélène depuis deux ans. Réfugié aux États-Unis, un de ses anciens compagnons, le général Charles Lallemand, entraîne une centaine de vétérans dans un projet fou : jeter en Amérique les bases d'un nouvel Empire, d'où l'on pourra, un jour, s'élancer pour libérer Napoléon. Mus par leur rêve, ces fidèles parmi les fidèles s'en vont fonder une colonie au Texas. Le chemin est semé de périls. Cernés par des Indiens cannibales et des pirates trafiquants d'esclaves, livrés à la mégalomanie d'un chef manipulateur, menacés de toutes parts, ils voient peu à peu se refermer sur eux les portes de leur cité idéale. 

 

Les derniers des fidèles. Les Grognards de Napoléon en Amérique , d’Etienne Kern et Anne Boquel est publié par Flammarion (320 p.) – Note : ***

Vous êtes à nouveau en ligne