"Le soldat impossible" de Robert Redeker

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les guerres ne disparaîtront pas du jour au lendemain et pourtant, aujourd'hui, on ne veut plus mourir pour son pays ni pour ses idées. En Occident, le soldat est devenu un militant armé des droits de l'homme. C'est ce que pense Robert Redeker. Dans son nouveau livre, le célèbre philosophe propose une réflexion très originale sur la nouvelle condition de soldat et l'essence de la guerre. 

Le soldat impossible de Robert Redeker est publié aux éditions Pierre-Guillaume de Roux (281 p.)
– Note : ***

 

DEVENIR SOLDAT : MISSION IMPOSSIBLE ?

Devenir soldat, tuer et mourir pour la France, porter l'uniforme, n'est
plus un rêve d'adolescent ni un honneur pour leurs familles. L'image
qu'en diffusent les médias en fait presque une honte,  une faute.

Toute action guerrière se voit aujourd'hui rapprochée du nazisme. Ce
fut le cas pour l'Amérique de Bush, c'est quotidiennement le cas pour
Israël. Les CRS parisiens chargés de contenir les turbulents monômes de
Mai 68 furent à leur tour bien abusivement assimilés à des SS : " CRS=SS
" ! La rationalité qui pouvait encore défendre l'idée de guerre
jusqu'en 1939, malgré le souvenir monstrueux de la guerre 1914-1918, est
devenue inaudible. Or, malgré les apparences, le pacifisme  dominant
d'aujourd'hui, se révèle lourd de dangers. Ce refoulement de la guerre,
qui est allé en France jusqu'à la suppression du service militaire
universel et obligatoire, prépare de sauvages retours de violence à
l'occasion de la prochaine guerre. Celle-ci – dans la mesure où
l'histoire surplombe le destin des empires et des nations, voués à la
répétition – surviendra un jour ou l'autre. Elle surprendra l'Europe,
comme un voleur dans la nuit. Les Européens y seront encore moins bien
préparés – en particulier sur le plan de l'éthique des combats, de la
maîtrise de ses pulsions, de son sadisme  - que ne l'étaient les
Français de 1940. La combinaison de ce refoulement et de cette
impréparation augure une explosion de sauvagerie sans précédent dont les
masses européennes seront les coupables dès les premières escarmouches.

Vous êtes à nouveau en ligne