Le livre du jour. Geneviève Brisac : "Vie de ma voisine"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le nouveau livre de Geneviève Brisac est un hommage vibrant à l'une de ses voisines, Jenny Plocki, fille d'un couple de Juifs polonais déportés et tués pendant la Seconde guerre mondiale.  

"Ce livre raconte le destin d'une femme qui a aujourd'hui 91 ans, et qui est une femme extraordinaire qui m'a énormément marqué". C'est avec émotion que Geneviève Brisac évoque, sur franceinfo, l'héroïne de son nouveau livre, Vie de ma voisine.

Geneviève Brisac a écrit ce livre pour rendre hommage à Eugénie Plocki, dite Jenny, née en 1925 de parents juifs polonais. Geneviève Brisac la rencontre lorsqu'elle emménage dans le même immeuble qu'elle. Jenny est déjà âgée, mais elle déborde de souvenirs. Petit à petit, les deux femmes vont devenir amies, et Jenny va raconter à Geneviève l'histoire de sa vie. 

"Le livre s'organise autour d'une scène, raconte la romancière. Cela se passe le 16 juillet 1942, c'est le jour de la rafle du Vél d'Hiv. À 5h du matin, on frappe à la porte de cette petite famille à Vincennes. C'est un voisin qui s'appelle Mulot, qui est flic, et qui dit : Tout le monde est arrêté".

Jenny et son frère Maurice, déclarés français par leurs parents en 1927, échappent de justesse à la déportation. Pas leurs parents : "On ne les reverra jamais" explique l'écrivaine. Et elle ajoute : "Mais avant de partir, Rivka, la mère, prend sa fille Jenny les yeux dans les yeux. Et elle lui explique tout ce qu'une femme doit savoir, puisqu'elle va rester toute seule et s'occuper de tout".

Quelqu'un qui fait ce qu'il peut, c'est déjà un héros

Geneviève Brisac

à franceinfo

Avec ce livre, Geneviève Brisac veut rendre hommage aux héros de notre temps. "Les héros, selon Romain Rolland [lauréat du Prix Nobel de littérature en 1915], ce sont des gens qui ont juste fait ce dont ils étaient capables" précise-t-elle. "Quelqu'un qui fait ce qu'il peut, c'est déjà un héros. Un Juste. Et Jenny Plocki, c'est une boussole aujourd'hui pour savoir où sont les Justes.... Et les injustes" conclut Geneviève Brisac.

Vous êtes à nouveau en ligne