"Le fils de Sam Green", de Sibylle Grimbert

L'affaire Bernard Madoff est au cœur du septième roman de Sibylle Grimbert. Ce livre sur cette fraude qui a porté sur 65 milliards de dollars, pose une question terrible. Quand on est le fils d'un tel père, est-on victime ou complice ?

Le fils de Sam Green , de Sibylle Grimbert est

publié aux éditions Anne Carrière (190 p) – Note : ***

Résumé : DansLe Fils de Sam Green , Sibylle Grimbert nous invite dans
l'intimité d'une famille. Un fils vient de perdre foi en son père. Et alors que
sa croyance s'écroule, il doit affronter une question létale : a-t-il été une
victime, parmi d'autres, d'un égoïste, ou a-t-il été, par égoïsme, le complice
d'un bourreau ?

Voici un thème classique, puissant, où l'auteur déploie son talent pour la
capture d'instants fugaces, l'entrelacement signifiant des non-dits, et la
maîtrise du drame familial. Mais ce Sam Green n'est autre que Bernard Madoff,
et Sibylle Grimbert, une puissante vigie.

L'affaire Madoff est inexplicable dans une perspective rationnelle : elle
reposait sur une arnaque si grossière qu'en toute logique ses victimes – dont
le point commun était d'être bien informées des us et pratiques de ce milieu de
la finance – ne pouvaient pas tomber dedans. Mais voilà, les pigeons avaient
foi en leur bourreau et en un monde de privilèges et de toute-puissance dont
ils n'auraient jamais osé formuler qu'ils le rêvaient magique, avant qu'il ne
se transforme en malédiction planétaire.

Vous êtes à nouveau en ligne