"Le corps immense du Président Mao" de Patrick Grainville

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Shenzhen est le laboratoire et l’emblème du nouveau capitalisme chinois. C’est dans cette ville de tous les excès que se déroule le nouveau livre du Prix Goncourt Patrick Grainville, Le corps immense du Président Mao.
_ Un roman où se mêlent les passions, les trafics et les secrets. Un des romans les plus étonnants de la rentrée.

Le corps immense du Président Mao, de Patrick Grainville est publié au Seuil (334 p., 20E)

  • Note : ****

    Mot de l'éditeur

    Thomas, professeur de langues à Shenzhen, la mégapole chinoise, constate un matin la fugue de sa fille après une dispute où elle l’a accusé d’être un mauvais père. Il part à la recherche de la rebelle dans les dédales de la cité vertigineuse, laboratoire et emblème du nouveau capitalisme chinois. Le roman nous offre alors le portrait de cette ville champignon, capitale du simulacre et de la copie. Théâtre où se mêlent, dans un creuset explosif, milliardaires provocants, classe moyenne effervescente et millions d’immigrés pauvres de l’intérieur… A la croisée de toutes les passions, de toutes les errances, de tous les trafics, des crises sociales et des mélancolies privées règne Lan, mélange de magnat, de médiateur, de manipulateur d’une séduction ténébreuse. Il cache, avec malice, au fond de la tour de son hôtel, un secret immense…

    Patrick Grainville est né en 1947 à Villers (Normandie). En 1976, il a obtenu le prix Goncourt pour Les Flamboyants. Le Corps immense du président Mao est son vingt-troisième roman.

Vous êtes à nouveau en ligne