"La Première pierre", de Pierre Jourde

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En 2005, des villageois du Cantal ont tenté de lyncher l'écrivain Pierre Jourde et sa famille. L'auteur avait offensé ses habitants dans un livre. Pour Pierre Jourde, au contraire, ce village d'où son père est orginaire est un lieu sacré. Les agresseurs ont été comdamnés au tribunal. Dans son nouveau livre Pierre Jourde revient sur ces violences. Il tente de comprendre comment l'hommage qu'il voulait rendre s'est transformé en malentendu.

"La Première pierre" a été retenu pour plusieurs prix littéraires : le Goncourt, les prix Renaudot et Jean Giono.

Résumé

"Dans ces terres reculées, dans ces pays perdus, on vit toujours plus ou moins dans une légende, dans l'image d'un chapiteau roman historié de scènes naïves et cruelles.. .". Lors de la parution de "Pays perdu ", une partie des habitants du village d'Auvergne dont il était question dans le récit s'est livrée à une tentative de lynchage de l'auteur et de sa famille. Pierre Jourde y décrivait la rudesse de la vie dans ce hameau lointain dont il est originaire, mais aussi une fraternité archaïque, solide, des relations humaines à la fois brutales et profondes. Tout cela raconté à l'occasion de la mort d'un enfant. Célébration d'un village aimé, le livre y a été reçu par certains comme une offense. La première pierre retrace les événements violents qui ont suivi la parution de "Pays perdu ", et propose l'analyse passionnante de leurs causes. Il offre aussi une magnifique démonstration des puissances de la littérature, en même temps qu'un récit vibrant d'émotion et d'admiration pour ces contrées et ces gens qui vivent dans un temps différent de celui des villes.

 

Vous êtes à nouveau en ligne