"La meilleure façon de s'aimer" d’Akli Tadjer

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans les familles arabes, les relations sont d’une extraordinaire pudeur. On évite de parler de ses sentiments, heureux ou malheureux ; on dissimule ses secrets et, souvent, on meurt avec, sans avoir pu se libérer du poids du passé.

C'est le thème du nouveau roman d’Akli Tadjer, dont trois livres ont déjà été adaptés à la  télévision comme Le porteur de cartable et, prochainement sur France 3, Il était une fois…peut-être pas . Pour l’écrivain, il est essentiel de se confier, surtout à ceux qu’on aime. Un livre d’une infinie tendresse.

La meilleure façon de s'aimer , d’Akli Tadjer est publié chez JC Lattès (284 p., 18E) – Note : ****

Résumé : J’ai eu le tournis et des palpitations de cœur parce que La
petite fille en robe jaune m’est apparue. Elle jouait à la marelle sur le
parvis de la Grande Poste d’Alger. J’ai crié son nom, elle s’est retournée, m’a
fait coucou de la main, puis elle a sauté à cloche-pied une, deux, trois cases
avant de disparaître dans celle du paradis.

Murée dans son silence, Fatima revisite son passé, ses secrets, ses histoires
d’amour bâclées, faites de violence et de trahisons. Et, tout au bout de sa
mémoire, tel un soleil ressuscité, surgit un petit enfant. Auprès d’elle, à
Paris, son fils Saïd n’a toujours pas compris pourquoi sa mère n’a jamais su
lui dire qu’elle l’aime.

La meilleure façon de s’aimer est l’œuvre la plus personnelle d’Akli Tadjer,
unique dans sa façon de marier humour et tendresse. Il est également l’auteur
du Porteur de cartable et de Il était une fois… peut-être pas, tous deux
adaptés à la télévision.

Vous êtes à nouveau en ligne