"Je la voulais lointaine", de Gaston-Paul Effa

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

On ne peut pas rejeter ses racines. C’est ce que rappelle Gaston-Paul Effa, d’origine camerounaise, professeur de philosophie, écrivain.

Egalement critique littéraire au journal Le Républicain Lorrain , il publie son nouveau roman. L’histoire d’un jeune homme, petit-fils de féticheur, qui quitte l’Afrique pour poursuivre ses études en France. Mais, malgré le bonheur de sa nouvelle vie, les souvenirs de l’enfance africaine restent présents et il sait qu’il lui faudra, un jour, se réconcilier avec son passé.

Je la voulais lointaine , de Gaston-Paul Effa est publié aux éditions Actes Sud (134 p., 15,80 €) Note : ****  

 

Mot de l'éditeur

Petit-fils de féticheur, Obama refuse l'héritage, la transmission de ce
don de la part du vieillard. Sans hésitation, son grand-père endormi
pour l'éternité, l'enfant se débarrasse de l'objet sacré dont il devait à
son tour incarner le pouvoir.

Bon élève, il profite de la recommandation d'un professeur pour quitter
au plus vite son village Camerounais, rejoindre l'Europe et plus
particulièrement Strasbourg, ville rêvée où il trouvera l'amour et
deviendra Professeur de philo. Un destin inespéré, un bonheur véritable
pour Obama jusqu'au jour où s'interposent les réminiscences d'une
culpabilité enfouie.

Vous êtes à nouveau en ligne