"Comme un frère", de Stéphanie Pollack

Au début des années cinquante, Jacques Fesch a défrayé la chronique. Ce criminel, condamné à mort, s’est converti en prison et son procès en béatification est en cours.

 A partir de ces évènements, Stéphanie Pollack, nièce de cet homme au destin tourmenté, a écrit un roman troublant : l’histoire d’un frère inventé et maudit.

Comme un frère , de Stéphanie Pollack est publié chez Stock (224 p., 18E) Note : ****  

 

Mot de l'éditeur

Partie sur les traces de son histoire familiale, une jeune femme
poursuit le souvenir d’un condamné à mort : un garçon de 24 ans embarqué
dans un braquage suicidaire en 1954. La postérité a retenu qu’il avait
retrouvé la foi en prison. La justice en a fait un monstre, l’église a
voulu en faire un saint. Qui était-il ? Que cherchait-il ? Ce garçon
s’appelait Jacques Fesch, c’est l’oncle de la narratrice. Un oncle
fantasmé qu’elle n’a jamais connu et dont la légende la hante. Alors
qu’elle plonge dans les années 1950, tentant de comprendre le parcours
de cet homme insaisissable, ses questions virent à l’obsession et font
resurgir des chagrins enfouis.

Comme un frère est
l’histoire d’un fantasme et d’une quête. Un road movie intime. C’est
l’histoire d’un frère inventé, maudit, l’histoire d’une rencontre
impossible.

Stéphanie Polack a publié en 2007 un premier roman remarqué, Route royale ,
où elle faisait entendre sa voix singulière. C’est cette même voix,
cette même énergie, cette même âpreté que l’on retrouve dans Comme un
frère
, qui confirme son talent.

Vous êtes à nouveau en ligne