"Ces animaux qu'on assassine", de Louis Bériot

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les hommes qui tuent, ou sont cruels envers les animaux, ne sont pas dignes d’appartenir à la communauté humaine.C’est en substance ce qu’écrit Louis Bériot, ancien directeur de France 2 et auteur de nombreux romans et téléfilms à succès, dans son nouveau livre.

Une enquête exceptionnelle et un cri d’alarme face aux trafics, aux mafias et aux massacres d’animaux.

Ces animaux qu'on assassine , de Louis Bériot est publié au Cherche Midi (310 p., 18€) Note : ****

Mot de l'éditeur

En enquêtant au cours des deux dernières années sur la disparition du
tigre, Louis Bériot nous apprend que le braconnage et le trafic de ce
félin mythique sont l'arbre qui cache la forêt des prédations humaines
contre la faune sauvage. Derrière "ces animaux qu'on assassine", c'est
la planète tout entière qui est mise à mal, ses forêts, ses océans, ses
barrières de corail, ses fleuves, ses lacs...

L'auteur révèle que l'épicentre du trafic se situe en Asie et que les
grandes mafias du monde ont désormais supplanté les petits braconniers
qui tuaient pour survivre. Leurs pièges rudimentaires ont été remplacés
par des guerriers équipés d'hélicoptères, de kalachnikovs et de GPS. Un
exemple : il y a dix ans, une demi-douzaine d'éléphants étaient
massacrés chaque jour en Afrique pour leur ivoire ; en 2011, ce chiffre
dépassait la centaine. Peu surveillé, diffus, très rémunérateur et
rarement sanctionné, le trafic des animaux est maintenant démultiplié
par les ventes sur Internet. Il est considéré aujourd'hui par les
instances internationales comme la principale activité criminelle devant
celle des drogues, des armes et des humains. L'auteur dénonce aussi la
responsabilité des nations sur tous les continents. Il décrit aussi les
combats courageux, et souvent dangereux, de centaines d'ONG pour enrayer
ce fléau.

Une enquête détaillée et inquiétante. Un véritable réquisitoire contre le comportement des humains.